Port-au-Prince, Haïti, 12 janvier 2010. Bâtiment des Nations Unies après le séisme.
Port-au-Prince, Haïti, 12 janvier 2010. Bâtiment des Nations Unies après le séisme. © UN Photo/Logan Abassi / UN Photo/Logan Abassi (Wikimédia Commons)

Annick Cojean est une journaliste éclectique qui fait son métier avec passion.

Entrée au journalLe Monde à 23 ans, elle y est encore aujourd'hui.

Elle s'intéresse à tout, comme le prouvent ses articles et ses livres. Des mutilés d'Haïti aux Inuits du Canada, de Lady Diana à Simone Veil, Annick Cojean aime raconter les gens. C'est d'ailleurs son art du portrait qui la fait connaître et apprécier du grand public.

Rencontre avec une des grandes signatures de la presse écrite française.

8 juin 1972, l'histoire de Kim Phuc, extrait de Retour de images, d'Annick Cojean :

Elle vit ! ... Avec de l'asthme, du diabète, des migraines, de multiples allergies. Avec des cicatrices qui lui gondolent la peau et s'enflamment parfois, souvent, quand le temps est capricieux, quand il fait trop chaud, trop froid, trop humide. Sa peau brûlée a perdu tout système de défense et ne respire jamais. "Mais quelle chance a mon visage ! Pas une marque ! Merci mon Dieu !

Elle vit ! Et même elle a donné la vie. Un petit garçon de trois ans à la peau lisse et douce ne cesse de se lover contre elle, et cherche à l'embrasser, perplexe parfois, inquiet, devant les crevasses de sa peau.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.