Même les frères Dardenne et Mylène Farmer n’auraient pas imaginé aussi triste.

Franchement quand on prend « Rémi sans famille » au premier degré… C’est quand même chaud les marrons ! 

Bon déjà l'idée de départ. Remi est un enfant abandonné. 

Ça… à la limite… Ça peut arriver à tout le monde.

Qui n’a jamais abandonné, un mégot, un chien, un enfant, une belle-mère sur l’autoroute ?

« On a oublié Mamie à la station Total de Saint-Arnoux ? Non, non, c’était pas un oubli… » Bon passe encore ! 

Qui n’a jamais voulu abandonner son enfant parce qu’il ne faisait pas ses nuits ? Que celui a qui l’idée n’a jamais traversé l’esprit lève la main où se taise à jamais. 

Et bah une belle brochette de salauds, c’était un test, vous êtes tombés dans le panneau, après l’émission j’appelle la DDAS !

Bref. Remi il ensuite est adopté. C'est bien.

Qui n’a jamais adopté ? Un chewing-gum, un chien, un enfant, une belle-mère…

Non personne ? Et bah une belle brochette de salauds !

Puis sa famille adoptive le vend. Là ça craint. Je dirai même ça craint du boudin ! 

Ha ben oui ça craint. Alors à l'époque peut-être que ça se faisait. T'allais au marché pour acheter du lait, 2 tomates, des œufs et un enfant. 

Aujourd'hui ça passerait plus. Tu te vois mettre une annonce sur le Bon Coin. "Famille adoptive vend cause déménagement, enfant 8 ans propre, peu servi. Fait la vaisselle et range sa chambre. Vaccins à jour. Prix à débattre". 

Clairement ça passerait pas.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.