Comme Philippe Lellouche vient présenter une pièce qui parle d'une bande de copains qui se retrouvent à un enterrement, Tom se remémore un bien triste événement.

Daniel… tu nous as quitté trop tôt ! 2h du matin c’était vraiment trop tôt ! En plus, j’avais pas coupé mon portable, les pompiers m’ont réveillé ! Décidément, quand tu as décidé de faire chier, tu ne t’arrêtes pas !

Né en 1966 tu aurais pu être mon père… Moi qui n’ai jamais connu le mien… Tu étais un peu mon papa de substitution… D’ailleurs, je n’ai toujours pas compris pourquoi ma mère avait ton portrait dans le salon et pourquoi elle s’est mise à pleurer quand je lui ai annoncé la triste nouvelle… Afin d’honorer ta mémoire… j’ai récupéré ton bureau ! Un bureau qui sentait bon le tabac froid et la Santiag usée…

Nagui, qui n’a pu être des notres car il enregistre un "Taratata spécial Vianney", a voulu malgré tout… Malgré tout l’argent que tu lui dois d’ailleurs… a voulu te rendre un dernier hommage… Lundi prochain sur France 2 à 19h, il y aura un spécial « N’oubliez pas Daniel Morin » où les plus fidèles auditeurs de France Inter devront compléter les trous de tes meilleurs chroniques.

Richard Lornac, ton plus fidèle ami, peut-être même le seul, a le piano triste ce matin… Et d’ailleurs, il a préféré ne pas être présent plutôt que vivre dans le souvenir. On le sait Daniel… tu n’étais pas très religieux, mais comme l’église est en face du Balto, je te cache pas qu’en terme d’organisation pour le petit pot derrière c’était plus facile !

Tout Radio France est ému, d’ailleurs en ton honneur Daniel il y aura un jour de grève ! Toi qui est passé au Mouv où tu as eu ton émission, "La Morinade", ils ont décidé de rediffuser les meilleurs moments… Les 3 auditeurs sont ravis !

Stéphane Bern, avec qui tu as passé tes plus belles années ici à France Inter, aujourd’hui tu le sais est passé à RTL. Mais pour saluer ta mémoire, il sacrifiera 2 personnes âgé es en plein milieu de la rue Bayard. Et grâce à ses nouvelles fonctions, il rebaptisera la fontaine de ton village natal, en Fontaine Daniel Morin ! Fontaine, quel pied de nez, toi qui n’aimait pas l’eau ! Même pas dans le Ricard ! Le Riri, le jaunet comme tu l’appelais, c’était pure ou rien, tel un coureur cycliste qui à la courante !

Allez salut l’artiste !

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.