Pour la venue de Marc Levy et son roman "Une fille comme elle", Tom Villa s'intéresse a un lieu clé de l'histoire : l’ascenseur.

Marc Levy est ici pour nous parler de son dernier roman "Une fille comme elle", qui comme son titre l'indique, parle d'un réparateur d'ascenseur. Je résume en gros. Et en même temps, ça permet d'engager la chronique. 

Vous savez, une chronique, c'est comme un voyage en ascenseur. On ne sait jamais trop comment se tenir, ce qu'il faut raconter, sur qui on va tomber. Non mais on peut en parler 2 secondes : l’ascenseur c’est extraordinaire ! Pas comme moyen de locomotion, mais comme microcosme social… Comme moyen de transport, c’est assez binaire. Y a rarement de suspense, à part le mec étourdi qui pensait monter et qui se retrouve au parking.

Mais y’a rarement eu de : « Michel tu me crois, tu ne me crois pas, je pensais monter au 3ème, je me suis retrouvé à Cancun ! »

Ipsos avait fait un sondage sur les ascenseurs en 2015 ! 4% des Français ont déjà fait l’amour dans un ascenseur. 100% des femmes ont trouvé ça trop rapide ! 60% des sondés déclarent y avoir déjà engagé la conversation avec un inconnu. Les 40% restants ne voulaient absolument pas, et ont d’ailleurs trouvé cette conversation inintéressante et espèrent ne plus croiser Daniel Morin.

Quand on a 4 étages en commun, on en a pour 28 secondes à tout casser… Si tu veux parler, y a 3 sujets de conversation : la météo, les fringues, et les cheveux… Mais t’as jamais un mec qui te dit : « Et toi le conflit Israélo / Palestinien, tu te positionnes comment ? » 

Le seul truc que j’aime bien avec l’ascenseur, c’est que ça permet de savoir si t’as le compas dans l’œil : « Alors, la limite max c’est 200 kilos. Moi j’en fais 75…La blonde… allez 53 et le demi chauve… avec les vêtements 123… » … Non arrêtez ! On l’a tous fait une fois ! 

Mais moi j’adore ! J’ai l’impression de jouer au boucher : « 63 ? Ah non 58 ! Pardon ! Y a un peu plus, je vous le laisse ? »

Les ascenseurs, c’est magique ! 12% des sondés y ont même dragué.  Alors ça, comment tu fais pour draguer dans un ascenseur ? Ça doit être dur de draguer dans un ascenseur, pour la simple et bonne raison : il n’y a pas d’alcool dans un ascenseur ! 

Non mais il n’y a rien que tu puisses faire qui fasse plaisir à une femme dans un ascenseur. Ou alors je n’étais pas au courant que lui appuyer sur son étage à sa place, ça pouvait rendre folle amoureuse une femme ! A part une hypocondriaque qui a très peur des microbes ?

Et à ce moment-là, s’il y a des trentenaires qui n’ont plus de gel hydro-alcoolique, j’arrive à 12h45 dans les tours de la défense… On a toujours ce cliché dans les films Américains des mecs qui draguent dans les ascenseurs. Ils rentrent au rez de chaussé, ils ne se connaissent pas. Le mec il ressort, il a son numéro, un rendez-vous le soir même, et un petit bisou... Moi je n’oserais pas ! Surtout depuis Balance ton porc.

Même si je dois bien avouer que j’ai eu une expérience dans un ascenseur. Parce qu’il faut avouer que c’est un lieu de fantasme.

Je ne sais pas si c’est le côté exiguë ou les lumières blanches qui te font ressortir les cernes, mais pour beaucoup ça excite les gens ! Vous voyez le fantasme de la femme sublime avec qui tu restes bloqué dans l’ascenseur… Et n’ayant plus aucune marque du temps, vos regards se croisent et vous vous mettez à faire l’amour.

Et bah moi j’ai eu sa mère ! Sa mère qui avait acheté des ris de veau. Je suis resté bloqué 20 minutes avec ma voisine qui revenait de la boucherie ! L’interphone d’urgence, on a eu Foudil, basé à Agadir, qui entre la barrière de la langue, et la distance nous a plus aidée à faire passer le temps qu’à nous aider ! 

Les portes se sont ré-ouvertes toutes seules… Mais en fait on n’était jamais parti ! On était au Rez de chaussée… Y avait 4 personnes qui nous attendaient ! 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.