« Il faudrait choisir, ou de cesser de souffrir, ou de cesser d’aimer. Car, ainsi qu’au début il est formé par le désir, l’amour n’est entretenu plus tard que par l’anxiété douloureuse. Je sentais qu’une partie de la vie d’Albertine m’échappait. L’amour, dans l’anxiété douloureuse comme dans le désir heureux, est l’exigence d’un tout. Il ne naît, il ne subsiste que si une partie reste à conquérir. On n’aime que ce qu’on ne possède pas tout entier. »

Proust évidemment…La prisonnière…

Ce soir, dans "Tous les chats sont gris", je vous invite, pour bien commencer la nuit, à plonger dans l’univers proustien.

À la recherche… non pas du temps perdu… pas le temps malheureusement…. non… à la recherche de l’amour et des désirs… selon Marcel Proust. Selon sa définition à lui de l’amour, du désir et de ses tourments.

Vous vous y retrouverez forcément…

Les grands écrivains ont cet avantage sur le commun des mortels qu’ils ont su, eux, transcrire, ce que nous vivons tous.

Les liens

Les éditions Plon

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.