Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ; Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue ; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;Je sentis tout mon corps et transir et brûler :Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,D’un sang qu’elle poursuit tourments inévitables ! __

Tout est là. D’un simple regard, un choc puis le chavirement des sens puis une merveilleuse douleur…Le coup de foudre de Phèdre pour Hippolyte décrit en quelques vers par Racine… ( Phèdre , acte I, scène 3)

Les liens

Les éditions Érès

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.