Le ministre du Travail était l'invité de Marc Fauvelle et Roselyne Febvre pour la première émission de la nouvelle saison de Tous Politiques. Pour lui, il est essentiel d'intervenir en Syrie contre un pouvoir qui a violé "une convention internationale".

La question de la Syrie est au coeur de l'actualité depuis une semaine, depuis une attaque chimique qui aurait fait près de 1.500 morts à Damas. Le pouvoir est-il responsable de cette attaque ? Oui, selon les Etats-Unis et la France, qui veulent tous deux intervenir. Barack Obama soumet son action à un vote du Congrès.

Mais de son côté, Jean-Marc Ayrault organise simplement un débat parlementaire sur le sujet. Faut-il l'autorisation du Parlement pour partir en guerre ? Non, selon Michel Sapin.

Avant de partir en guerre, nulle nation ne demande l'autorisation. Sinon, qu'est-ce que ça voudrait dire ? Il faudrait aussipeut-être demander l'autorisation de la nation que l'on va agresser ? Les informer précisément de la manière dont on va les frapper ? Par contre, qu'un Parlement soit saisi lorsqu'il y a une intervention, se prononce par un vote au bout de quatre mois d'intervention, c'est ce qu'impose la Constitution de la France. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le dispositif est différent.

Pour Michel Sapin, il s'agit d'une situation "d'une autre nature" que le cas de l'Irak ou de l'Afghanistan : "l'utilisation par un chef d'Etat d'une arme terrible, interdite depuis les ravages que ces armes chimiques ont pu faire pendant la première Guerre mondiale. Or il est avéré que le régime de Bachar al Assad en a utilisé."

Michel Sapin défend la réforme des retraites

Pour lui, c'est une réforme juste et équilibrée. En tout cas, plus que la précédente. "La réforme des retraites de François Fillon était bien plus cruelle que la nôtre", puisqu'elle ne prenait pas en compte la pénibilité. "Il faut arrêter de faire croire aux Français qu'il y a des gens épargnés et d'autres frappés. Tout le monde aura droit à la retraite à taux plein à 67 ans." Et ce, même si l'âge moyen du premier CDI est désormais de 29 ans. "Avant le CDI, on a travaillé, en CDD ou en intérim."

Une réforme pas assez à gauche, comme le dénonce notamment Jean-Luc Mélenchon ? "Si vous voulez me faire dire que notre politique est social-démocrate à la française et efficace, je vous le dis avec laisir", conclue le ministre.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.