Bernard Thibault
Bernard Thibault © PhotoPQR/Le Républicain Lorrain / Philippe Neu
**L'actuel patron de la CGT était l'invité de Marc Fauvelle, l'occasion d'évoquer les dossiers sociaux (GoodYear, PSA, Renault...) mais aussi son départ annoncé, après 14 ans à la tête de l'organisation syndicale... Et son bilan comme "modernisateur".** Oui, il va bientôt passer la main... Mais Bernard Thibault reste mobilisé sur les différents fronts sociaux qui agitent la France actuellement. Le plus récent, c'est le cas GoodYear et cette annonce fracassante de la direction qui veut fermer le site d'Amiens-Nord. Depuis, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, appelle chacun à négocier à nouveau, à mettre "de l'eau dans son vin". Il vise notamment la CGT, accusée de "jusqueboutisme" dans cette affaire. Mais pour Bernard Thibault, pas question de servir de bouc émissaire dans cette affaire (ou dans d'autres).
### PSA : "il est assez courant de chercher à criminaliser l'action syndicale" Autres accusations auxquelles fait face le syndicat, cette fois à Aulnay-sous-Bois sur le site PSA, bloqué par des grévistes. La direction estime que les syndicalistes empêchent les salariés de reprendre le travail, évoquant même des menaces de mort. Faux, selon Bernard Thibault. _Même s'il reconnait qu'un conflit crée toujours "des situations tendues"._
Bernard Thibault qui assure aussi que des militants de la CGT sont eux aussi victimes de menaces. Mais "les premiers menaçants, ce sont les employeurs, quand ils décrètent de fermer des usines". "On n'est pas dans un monde de Bisounours". ### "L'État n'est pas en faillite" Pour ce qui est du contexte plus global, il n'est pas rose non plus selon le patron de la CGT... Mais il faut garder espoir et ne pas céder aux sirènes de l'austérité. _À Michel Sapin qui parlait d'un "État en faillite", la réponse de Bernard Thibault est claire : ce n'est pas le cas._
Pour lui, "on a sous-estimé les effets négatifs de l'austérité, l'effet anxiogène généré par le tassement des dépenses publiques". Il appelle donc à nouveau, notamment le 14 mars prochain à Bruxelles, "à arrêter avec cette austérité qui alimente la récession". ### La CGT toujours active et représentative Le départ de Bernard Thibault est aussi l'occasion de dresser le bilan de celui qu'on a déjà présenté comme le "Gorbatchev de la CGT", responsable de la modernisation du syndicat. Une référence qu'il ne reprend pas à son compte, même s'il est satisfait du bilan de ces 14 dernières années. _Alors, le syndicat est-il en décalage avec la population ? Certainement pas._
_Ce qu'il retient surtout, c'est l'augmentation des effectifs de la CGT au fil des ans._
### Toujours en soutien de François Hollande ? Lors de la dernière élection présidentielle, Bernard Thibault avait pris publiquement position pour le candidat socialiste, contre Nicolas Sarkozy. Quelques mois après, est-ce qu'il referait la même chose ? Oui... Dans le même contexte. _Sous Nicolas Sarkozy, "il n'y avait pas de dialogue social de qualité"._
"Si un autre gouvernement, peu importe sa couleur, revient avec les mêmes recettes, je ne vois à quel titre il nous faudrait changer notre jugement", assure Bernard Thibault.
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.