Jean-François Copé
Jean-François Copé © Radio France

Le président de l'UMP était l'invité de Tous Politiques, une émission co-animée par Marc Fauvelle de France Inter, et Roselyne Febvre de France 24, en partenariat avec Le Parisien. Jean-François Copé a notamment fustigé la division par deux du nombre de régions pônée par le gouvernement.

Pour le patron de l'UMP, cela reviendrait à créer "un État fédéral", "une autre République". Il est donc "inacceptable" que les Français ne soient pas consultés par référendum.

C'est un véritable coup de force. Et on veut le faire sans référendum, c'est-à-dire qu'on va changer de modèle républicain, passer quasiment à un État fédéral avec onze régions qui seraient de vrais contre-pouvoirs et on ne va pas demander aux Français ce qu'ils en pensent, alors que ce n'était pas dans le programme électoral de M. Hollande. C'est inacceptable.

"La France décroche"

Par ailleurs, Jean-François Copé estime que le plan d'économies de 50 milliards d'euros présenté par Manuel Valls n'est "pas suffisant". "50 milliards, ce n'est pas assez. À l'UMP, nous proposons 130 milliards". Objectif : assainir les finances du pays et rattraper nos voisins européens "qui avancent", alors que "la France décroche".

Le rôle du président ? "L'omniprésence diplomatique"

Interrogé sur la crise ukrainienne, le président de l'UMP, a regretté que la France ne joue pas "le rôle de médiateur que le monde attend" :

Enfin, Jean-François Copé affirme que le couple franco-allemand, auquel il se dit "très attaché", ne fonctionne pas. "Pour qu'il fonctionne, les deux pays doivent avoir le même niveau de développement économique. Or, ce n'est pas le cas", conclut-il.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.