Le parquet de Paris a ouvert fin 2012 une enquête préliminaire sur les sondages et dépenses en communication de l'ancien gouvernement de François Fillon, a-t-on appris dimanche de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Parmi les anciens ministres concernés par l'enquête préliminaire, figurent aussi, selon Le Parisien, Rachida Dati et Jean-Louis Borloo, pour des sondages relatifs à leur image.

Interrogé à ce sujet sur France Inter, Rachida Dati a répondu :

Je ne suis pas concernée, il y a un service d'information du gouvernement qui est en charge d'études et de sondages. Qu'il y ait des études et des sondages, d'ailleurs le gouvernement actuel en fait pour tester son action vis-à-vis de l'opinion, il n'y a rien de choquant. Ensuite est-ce que les procédures ont été respectées, la justice le vérifiera, je ne suis pas en cause dans cette affaire.

Rachida Dati au micro de Marc Fauvelle

Deux autres plaintes d'Anticor sont par ailleurs à l'origine d'investigations semblables sur les sondages commandés cette fois par l'Elysée pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Au terme d'une longue bataille procédurale, le juge d'instruction parisien Serge Tournaire a obtenu en janvier le droit d'enquêter sur la régularité de tous les marchés conclus entre l'Elysée et 9 instituts de sondage sous Nicolas Sarkozy. L'affaire pose de nouveau la question de la responsabilité pénale de l'ex-président.

> En savoir plus

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.