Le parquet de Paris a ouvert fin 2012 une enquête préliminaire sur les sondages et dépenses en communication de l'ancien gouvernement de François Fillon, a-t-on appris dimanche de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Parmi les anciens ministres concernés par l'enquête préliminaire, figurent aussi, selon Le Parisien, Rachida Dati et Jean-Louis Borloo, pour des sondages relatifs à leur image.

Interrogé à ce sujet sur France Inter, Rachida Dati a répondu :

Je ne suis pas concernée, il y a un service d'information du gouvernement qui est en charge d'études et de sondages. Qu'il y ait des études et des sondages, d'ailleurs le gouvernement actuel en fait pour tester son action vis-à-vis de l'opinion, il n'y a rien de choquant. Ensuite est-ce que les procédures ont été respectées, la justice le vérifiera, je ne suis pas en cause dans cette affaire.

Rachida Dati au micro de Marc Fauvelle

1 min

Dati

Deux autres plaintes d'Anticor sont par ailleurs à l'origine d'investigations semblables sur les sondages commandés cette fois par l'Elysée pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Au terme d'une longue bataille procédurale, le juge d'instruction parisien Serge Tournaire a obtenu en janvier le droit d'enquêter sur la régularité de tous les marchés conclus entre l'Elysée et 9 instituts de sondage sous Nicolas Sarkozy. L'affaire pose de nouveau la question de la responsabilité pénale de l'ex-président.

> En savoir plus

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.