Nos informations numériques sont un bien précieux, jusque là rien de nouveau. Mais suite au scandale Facebook, un nouveau métier s'est révélé aux yeux du monde : les « data brokers », sociétés qui s'enrichissent en collectant et revendant nos données.

Nos données informatiques en disent long sur nous
Nos données informatiques en disent long sur nous © Getty / Saul Gravy

Tous les jours, tels de Petits Poucets numériques, nous semons, nous semons, et nous semons encore. Pas des cailloux, mais plutôt des données. Parfois, nous y consentons. Souvent, c’est à notre corps défendant. On le sent, on le sait, la technologie modèle le monde. Elle le change, elle le reformate. Ca va vite, et, il faut bien le dire, on a parfois du mal à suivre le rythme.  

On pourrait tout arrêter et se dire que le futur, c’était mieux avant. Au lieu de ça, chaque samedi, pendant tout l’été, nous essaierons ensemble de jeter de la lumière où elle manque cruellement. Car bien souvent, nos choix technologiques sont des boîtes noires dont il est difficile de percer le secret.  

Et pour ouvrir les hostilités, quel meilleur exemple que les data brokers, les courtiers en données. Comme leur nom l’indique, ils ne manipulent pas des flux financiers mais des informations, les nôtres, qu’ils collectent ou qu’on leur fournit. Ils sont invisibles, inodores, incolores, et pourtant, ils sont tout autour de nous, nichés dans les plis de Google ou de Facebook. Ils prennent des formes différentes, mais partagent un point commun : ils préfèrent naviguer loin des radars, sous la surface. Et si on plongeait ?

#Bonus1 : Le bébé marketing

Un jour, la sociologue américaine Mary Ebeling, professeur à l'Université de Drexel, est tombée enceinte. Au court de sa grossesse, elle a perdu l'enfant. Après sa fausse couche, elle a pourtant continué à recevoir des tonnes de publicités liées à son avenir de future mère. Pendant des années, des courtiers en données l'ont abreuvée d'échantillons, de prospectus ou d'emails, sans qu'elle puisse comprendre comment, ni pourquoi. A son bébé mort s'est superposé un "bébé marketing", doté d'une vie artificielle, double numérique fantomatique. La preuve que les data brokers savent tout, et pas grand chose...

--> A écouter ici ! 

Glitch, le supplément culture du News Feed - épisode 1 / Beeple

Les invités
Les références
L'équipe
(ré)écouter Tout est numérique Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.