Christian Lacroix commente le tableau qui l'a guidé depuis son enfance jusqu'à son métier de couturier et de costumier.

Traits pour Traits, la vidéo

Pour profiter de l'expérience, préferez le mode plein écran

L'oeuvre: "L'atelier d'une couturière à Arles"

Antoine Raspal -vers 1785

Ce tableau présente un atelier où six couturières s'affairent à leur ouvrage, toutes vêtues selon la mode d'Arles. Fichus, robes, coiffes, imprimés sont très bien détaillés et donnent une idée de la manière de se vêtir des Arlésiennes, d’origine modeste ou fortunée.

Original, le costume de l’Arlésienne fait aujourd’hui l’objet d’une demande d’inscription au patrimoine culturel immatériel mondial.

Antoine Raspal est né à Arles en 1738, dans une famille aimant les arts. En 1760, il entre à l’Ecole de l’académie royale de peinture et de sculpture (future Ecole des Beaux-Arts). Il revient à Arles en 1775 pour s’occuper de sa famille et notamment de son neveu Jacques Réattu (futur grand prix de Rome de peinture). Vers 1800, ayant quasiment abandonné la peinture depuis plusieurs années, il prend les fonctions de juge de paix de la ville d’Arles. Il y décède en 1811. Malgré son séjour parisien, l’œuvre d’Antoine Raspal reste empreinte de la vie quotidienne arlésienne de son époque.

Huile sur bois - 32,5 cm (hauteur) x 40,5 cm (largeur) - Exposé au Musée Réattu d’Arles; Legs Elisabeth Grange (1868), coll. musée Réattu, Arles.

http://museereattu.arles.fr/

Crédit photographique : B. Delgado / Musée Réattu.

Christian Lacroix investit Montmajour jusqu'au 3 novembre 2013

Le Centre des monuments nationaux confie l’abbaye de Montmajour à Christian Lacroix, qui raconte et partage sa vision personnelle de ce lieu, tour à tour «terrain de jeux et d’escapades, de rendez-vous d’amour et de travail, lieux de culture et de méditation ». l a choisi de présenter une sélection d’oeuvres d’art contemporain du CIRVA (Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques) et de galeries, accompagnée de vêtements et d’objets religieux. Il crée ainsi un monastère-factory intemporel, un « conservatoire-laboratoire »de l’imaginaire, entre souvenirs personnels et mémoire.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.