L’actrice Marina Vlady a voulu se rendre au Musée Bourdelle à Paris où son père à travaillé aux cotés du sculpteur, au début du XXième. Devant une Vénus à sa toilette de Bourdelle, lacomédienne, qui s'est consacrée aux cinéastes comme Godard ou Cayatte en passant par Ettore Scola, parle de la beauté des femmes, et de la liberté de la nudité.

Antoine Bourdelle (1861-1929), "Vénus à sa toilette, petite baigneuse". Bronze, 1905. Paris, musée Bourdelle.
Antoine Bourdelle (1861-1929), "Vénus à sa toilette, petite baigneuse". Bronze, 1905. Paris, musée Bourdelle. © © Eric Emo / Musée Bourdelle / Roger-Viollet

L'oeuvre : "Vénus à sa toilette, petite baigneuse" (1905) Antoine Bourdelle - Bronze

Le Musée Bourdelle >

Marina Vlady vient de publier chez Fayard, C'était Catherine B.

« Catherine Binet est l’héroïne de ce portrait. Elle était la compagne de Georges Perec. « Elle fut une de mes plus chères amies. « Sa destinée chaotique, faite de créativités avortées, d’humiliations au quotidien, mais aussi de réussites artistiques majeures, est exemplaire « Aujourd’hui, je veux raconter nos combats, notre complicité, nos chagrins et nos joies. « Marina Vlady » Ce bouleversant récit évoque ces deux destins de femmes entrelacés dans les malheurs mais aussi dans les joies, jusqu’à la mort de l’une d’elles, Catherine, dont Marina Vlady compose ici le « tombeau », comme on disait à l’époque classique, stèle littéraire non seulement à une amie disparue, mais à une part de soi en allée avec elle.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.