Zabou Breitman a découvert en Italie Apollon et Daphné, une sculpture du Bernin. Elle y est très attachée, voyant en Daphné un symbole de la résistance au féminin.

L'oeuvre : Apollon et Daphné (1622)

Gian Lorenzo Bernini dit Le Bernin (1598-1680)

Commencée en 1622 et achevée trois ans plus tard, cette sculpture en marbre est l’œuvre d’un jeune prodige, Gian Lorenzo Bernini, remarqué par le Cardinal et mécène Scipion Borghèse, qui avait fait ses débuts sur le chantier de la chapelle Pauline à Sainte-Marie Majeure. En revanche, le travail méticuleux qui transforme le bloc de marbre en racines, brindilles ou mèches flottant au vent est à attribuer à l’un de ses assistants virtuose Giuliano Finelli que Le Bernin a voulu écarter. Ce groupe d’Apollon et Daphné, inspiré des « Métamorphoses » d’Ovide fut mis en valeur de façon inhabituelle : les visiteurs voyaient d’abord Apollon de dos et ne découvraient l’action principale qu’au dernier moment : Daphné échappant à Apollon en se transformant en laurier. . Sur le socle, deux vers en latin illustrent la scène : Quisquis amans sequitur fugitivae gaudia formae / fronde manus implet baccas seu carpit amaras « Qui court après les plaisirs fugaces finit par s’emplir les mains de feuilles mortes ou cueillir des fruits amers ». (Bibliothèque de Radio France)

Localisation: Galerie Borghèse, salle III (Rome)

Crédit photographique: Archives Alinari, Florence, Dist. RMN-Grand Palais / Mauro MaglianiCAL - Alinari Archives, Florence

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.