Jean-Christophe Rufin, écrivain, diplomate, médecin, revit son "Immortelle Randonnée" (Editions Guérin) en regardant une aquarelle de Turner. "Immortelle randonée" est le récit de son expérience sur le chemin de Compostelle. Ce n'est pas un paysage marin comme on pourrait s'y attendre de la part de Turner, mais un tableau avec les pieds sur terre que Jean-Christophe Rufin a choisi pour évoquer son goût pour l'air libre, les lointains horizons, et le monde animal.

La vallée d'Ashburnham, William Turner, Localisation : Royaume-Uni, Londres, British Museum
La vallée d'Ashburnham, William Turner, Localisation : Royaume-Uni, Londres, British Museum © The British Museum, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / The Trustees of the British Museum

La vallée d’Ashburnham (1816) – Joseph Mallord William Turner (1775 - 1851) –

Le peintre paysagiste William Turner, admirateur inconditionnel de Claude Gelé dit Le Lorrain, est à l’époque professeur de perspective à la Royal Academy et le restera jusqu’en 1838. Cette œuvre appartient à la première période de l’artiste qui s’étale de 1800 à 1820, longues années d’étude, d’expérimentation et d’innovation. Turner est considéré d’ailleurs comme le maître de la technique et aura tout pratiqué : aquarelle, empâtements, variations sur les monochromes…Là, il s’agit d’une aquarelle, technique qu’il déploya lors de ses nombreux voyages à Rome et à Venise mais aussi en France (en Bretagne) et dans toute l’Europe centrale à partir de 1833. Toute son œuvre est conçue comme une édification à partir des maîtres : il s’est toujours considéré comme un continuateur.

Aquarelle 0,380m x 0,564m - Visible au British Museum à Londres (Royaume-Uni)

Crédit photographique: © The British Museum, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / The Trustees of the British Museum

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.