Macha Makeieff, directrice du théâtre de la Criée est touchée par l'urgence et la virtuosité dans "Le marché aux esclaves" de Jean-Michel Basquiat. Les artistes sont à vendre certes, mais il y a pour eux urgence à créer.

L'oeuvre: Le Marché aux esclaves (Slave Auction) (1982)

Artiste : Jean-Michel Basquiat

D’origine portoricaine et haïtienne, Jean-Michel Basquiat (1960-1988) appartient à la génération des « graffeurs » qui a émergé à New York à la fin des années 70. En 1977, il signe ses graffitis du nom de SAMO (pour « Same Old Shit ») rehaussé d’une couronne et du symbole du copyright. Très rapidement, sa peinture va passer du tag au tableau, de la rue aux galeries d’art. Influencé par son environnement urbain quotidien, mais également par la peinture européenne d’après-guerre, celle de Dubuffet ou celle du groupe Cobra, notamment, Basquiat témoigne dans cette œuvre de son intérêt pour les minorités opprimées, en premier lieu, celle des afro-américains. On retrouve dans ce « Marché aux esclaves », thème classique de la peinture (voir ceux de Jean-Léon Gérôme, d’Horace Vernet, etc.), les exploiteurs (aux dents menaçantes), le bateau doré des esclaves (symbolisant le pouvoir de l’argent), un personnage portant haut-de-forme et costume très Nouvelle-Orléans, ainsi que des éléments typiques de l’art de Basquiat comme la tête de mort couronnée d’épines, des lettres, (les consonnes du musicien Charlie Parker), un joueur de foot américain… Bref, une thématique très américaine associée aux symboles de la violence, de la souffrance d’être noir à New-York, d’être un « héritier » de l’esclavage… (Bibliothèque de Radio France)

"Je ne suis jamais allé en Afrique. Je suis un artiste qui a subi l’influence de son environnement New-Yorkais. Mais je possède une mémoire culturelle. Je n’ai pas besoin de la chercher, elle existe."

Peinture acrylique, pastels gras et collages sur toile - 183 x 305 - Centre Pompidou, MNAM-CCI, Paris

Crédit Photographique : Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

Le théâtre de la Criée à Marseille>

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.