Joao Gilberto
Joao Gilberto © corbis / © Bettmann
**Carnaval de Rio, Coupe du monde, le Brésil est à l'honneur. Ce matin, _Tubes And Co_ vous propose d'en apprendre un peu plus sur le tube brésilien "Desafinado" de Joao Gilberto** Vous le savez, sous le coup d'une émotion intense, le plus grand des supporters n'est pas homme à ménager son organe. Exemple le 12 Juillet 1998 avec notre Jacques Vendroux, chef du service des sports de France Inter, irremplacable. Et comme on dit sur TF1 chaque samedi soir : This is the voice... Aussi pour la prochaine fête du ballon rond, vous ai – je choisi un tube qui se murmure et que chacun pourra entonner qui depuis son canapé, qui, depuis les gradins du stade Maracana de Rio. _Desafinado_ soit une révolution dans la musique brésilienne et dans la musique mondiale...
Pour bien chanter, un interprète virtuose n'aura plus besoin de chanter fort - Georges Moustaki et Henri Salvador sauront s'en inspirer. C'est Joao Gilberto qui invente cette façon de chanter vers 1958, dans un Brésil en plein essor et champion du monde de foot pour la première fois. 58 voit ainsi la naissance de la bossa nova ou le refus du spectaculaire vocal. Ajoutez à cette sobriété d'interprétation, la mise en scène d'un musicien seul, assis sur une chaise, sapé comme un comptable et qui fait la gueule. En effet, Gilberto sourit rarement pendant ses concerts - concentré qu'il est sur son art. Car il débarque aussi avec un jeu de guitare inédit : des accords qui ont l'air de sonner faux, des paroles qui tombent rarement sur le temps. Sa voix et sa guitare font comme un jeu de cache - cache. Gilberto retarde un mot, précipite un accord et compose un labyrinthe où il se balade. À l'aise. Joao Gilberto ou l'importance fondamentale de l'interprète dans l'histoire d'une chanson. Interprète car la musique est signée d'un autre génie.. **Antonio Carlos Jobim dit Tom Jobim ?** Et les paroles sont de Newton Mendonça. D'ailleurs _Desafinado_ , ça veut dire quoi ? Ça veut dire _désaccordé_ et c'était la critique adressée à la bossa nova au départ : une bande de types qui chantent faux. Dans la chanson, Gilberto leur répond : « si tu insistes pour qualifier mon comportement d'anti-musical. Je dois te répondre que c'est de la bossa nova et que c'est très naturel. » **Stan Getz & Charlie Bird**
En 62, 2 jazzmen rendent hommage à la bossa nova avec l'album _Jazz Samba_ . Stan Getz, saxophoniste et Charlie Byrd, guitariste. Grâce à ces 2 là, toute l'Amérique du Nord va fredonner _Desafinado_ . Si en France, nous avons eu la chance d'écouter de la bossa nova grâce à un défricheur du nom de Pierre Barouh, pour que cette musique brésilienne connaisse définitivement une audience mondiale.. .il faudra attendre Franck Sinatra. **Sinatra & Jobim** En 67 Sinatra enregistre un album avec Jobim. **That would behave** En fait, tout au long des années 60, les États – Unis sont l'un des ambassadeurs les plus fervents de la bossa nova. Et c'est LÀ que je vais faire mon Bernard Guetta : comme vous savez, dans les années 60 ça n'est pas franchement le grand amour entre les Etats – Unis et Cuba. Alors populariser la musique d'un autre pays latino - américain comme le Brésil, c'était toujours bon à prendre pour faire la nique à la salsa cubaine. Je doute que la chorale que le service des sports de France Inter et moi – même avons montée favorise le rayonnement mondial de la bossa nova. Mais cette chorale a un mérite : illustrer le titre de cette chanson, qui je le rappelle, s'intitule Désaccordé. Quoiqu'il en soit, un grand merci à Fabrice Abgrall, Nour – Eddine Zidane, Marion Watelle, Sarah Leroy, Maxime Fayolle du service des sports de France Inter, Sébastien Hazard de France Info et ... Merci et bonne coupe du monde à Jacques Vendroux.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.