Récompensé aux Victoires de la Musique en 1994 puis en 2005, cet "hymne contre la société de consommation et le mépris des gens qui va avec" est dans le viseur de 'Tubes & Co'

"Ô la la vie en rose...." : Foule Sentimentale d'Alain Souchon
"Ô la la vie en rose...." : Foule Sentimentale d'Alain Souchon © Maxppp / Yves Salvat

Alain Souchon est l’un des artistes les plus primés des Victoires de la Musique. Pourtant, dans son attitude, c’est celui qui refuse le piédestal. Un personnage de chanteur normal, plus ou moins joué, mais qui raconte une ambition immense : chanter à hauteur d’homme. Comme le dit Michel Jonasz :

Faut pas traiter la chanson d’art mineur. Ça lui fait de la peine. Mais heureusement Souchon est là. Et avec lui elle se venge.

Il y en a eu plein des commentaires sur cette chanson. Et pourtant, pour en parler on en est réduit à la paraphrase, à développer de longs discours sur cet « hymne contre la société de consommation et le mépris des gens qui va avec ».

Alors que Souchon, lui, synthétise ce mépris général et l'indignation douce qui l’accompagne avec une rare efficacité. Il est là le génie de Souchon : raconter la foule anonyme avec une chanson immense et en utilisant des mots de peu. Rien qu'avec le premier vers :

Oh là là la vie en rose...

Les mots sont à tiroir. "La Vie en rose", c’est « quand il me prend dans ses bras, qu’il me parle tout bas ». Jouer avec notre mémoire collective de cette chanson de Piaf, pour évoquer notre besoin d’amour immatériel.

Au fond, comme disent les rappeurs :

Souchon ? C’est que de la punchline.

la suite à écouter...

►►► BONUS || Les Victoires de la musique depuis 1985 : la playlist de France Inter

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.