Tubes & Co , c'est tous les vendredis... et du lundi au jeudi, c'est Pop & Co !

Selon les générations, Oasis évoque tantôt une publicité avec la voix de Carlos, tantôt un groupe de rock anglais. Tubes & Co a fait son choix entre l’Angleterre et "Kesstuboisdoudoudisdonc". "Wonderwall", tube de l'été 1995, est dans le 7/9 de France Inter.

Oasis | 'Wonderwall' Single
Oasis | 'Wonderwall' Single © Creation Records / Creation Records

Un Tubes & Co qui revient dans le passé, à l’année 1995 : une époque où l’Angleterre sortait du triomphe de la techno et de la house music . Après quoi, on pensait qu’une chanson avec de vraies guitares à l’intérieur, c’était mort. Mais deux sales gosses de Manchester étaient là pour dire non : les frères Noel et Liam Gallagher . Ils ont fait partie des jeunes gens qui ont rappelé une chose à l’Angleterre : ce pays a inventé la pop . Noel et Liam renouaient avec l’âge d’or des années 1960 . Ils avaient écouté les Beatles . Avec eux, mélodie, couplet et refrain avaient encore un avenir. Et les Anglais étaient contents.

"Wonderwall " est une chanson d’amour sans vibrato ni pâquerettes. Mais le son d'un violoncelle arrondit les angles le temps des quatre minutes et quelques secondes que dure la chanson. Avec_ "Wonderwall" ,_ tube mondial de l’automne 1995 le groupe Oasis écrit un nouveau chapitre musical d’une ville du nord de l’Angleterre :Manchester . Dès la fin des années 1970 , Manchester est le tombeau du capitalisme . Une ville portuaire en crise qui connaît chômage et violence . De cette noirceur -là débouleront des groupes comme Joy Division , devenu New Order , ou les Smiths . La fin du siècle sera pour Oasis .Deux enfants de prolos que la presse de l’époque s’est amusée à opposer aux Londoniens middle class du groupe Blur . Tandis que les gars de Blur sortaient d’une école d’art , Noel Gallagher avait pratiqué le vol à l’étalage, vendu des fruits et légumes et exercé le métier de promeneur de chiens. Les frères Gallagher ont aussi renoué avec la mythologie de la rock star qui se déplaçait en hélicoptère et saccageait les chambres d’hôtel.

"Wonderwall" représente les derniers feux d’une industrie du disque florissante où un artiste pouvait exiger une Rolls Royce par contrat , en cas de succès. Et Noel de préciser :

J’ai une Rolls, Liam une Rolex. C’est super car je ne sais pas conduire et Liam ne sait pas lire l’heure.

la suite à écouter...

Les liens

le twitter de Rebecca Manzoni

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.