Charles Aznavour, « un peignoir mal fermé » et Benjamin Biolay...

Tu t’laisses aller soit une chanson qui commence comme une histoire d’amour.

Parce que parfois, en amour comme en chanson, on se lance en faisant de fausses promesses.

Parce que parfois, en amour comme en chanson, il faut plutôt se méfier d’un gars qui sort les violons.

Aujourd’hui encore, on peut s’émerveiller d’une chose : Charles Aznavour nous embarque dans l’une des belles chansons d’amour au monde en nous disant que l’être aimé est aussi cette créature qui bave sur l’oreiller et qui se réveille avec une haleine de poney. En gros.

Et pourtant c’est merveilleux parce qu’Aznavour reconstitue le petit film que nous connaissons tous : l’engueulade de couple. Mais avec une musique douce.

Aznavour comédien, Tirez sur le pianiste , « Les minous sont fatigués » et un duo entre Jeanne Cherhal et Benjamin Biolay, c’est à écouter dans cette chronique !

En bonus, Tu tl’aisses aller , en intégralité dans Une Femme est Une Femme de Godard.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.