Dave Gahan 2014
Dave Gahan 2014 © Roberto Finizio/Demotix/Corbis
_Rediffusion du 11 avril 2014_ Un groupe anglais est à l’affiche ce matin, c’est**Depeche Mode** . Et le titre du tube que vous avez choisi c’est : **_Never let me down again_** . Et là, j'ai cru entendre au fond de la salle : « Never quoi ?!?». _Never let me down again_ , à savoir, en français dans le texte, « Ne me laisse plus jamais tomber». Et si, par hasard, vous deviez fredonner cette chanson au cours de la journée qui s’annonce, vous feriez lalala sur ces quelques notes. À partir de là, il est question d'ajouter de la machinerie pour bien bien étoffer le décor. Avec _Never let me down again_ , nous sommes en 1987. Et depuis ses débuts, 6 ans plus tôt, en 81, Depeche Mode rend populaires des sons qu'on qualifiera - en gros - de musique industrielle. Ils réussissent ça en y associant un truc qui reste essentiel à la pop et qui vous rentre dans la tête à savoir : une mélodie.
Ces années 80 n'en restent pas moins un moment où l'on ne parle plus seulement d'instruments mais de sons, de chercher des textures et tout ça grâce aux synthétiseurs. Résultat pendant plusieurs années, revendiquer l'identité de cette musique, c'était les synthés oui et les guitares non. Alors _Never let me down again_ marque une petite révolution pour Depeche Mode, puisque c'est l'un des premiers morceaux où Martin Gore, le pilier du groupe, ré-intègre la guitare. Avec cet extrait de concert à Bercy, j'ai décidé de faire entrer un peu de monde dans ce studio. Parce que ce gimmick de guitare est comme un signal donné à la foule en fin de concert. Un moment qui semblerait signifier : > **Libère le démon qui est en toi.** Et ça nous donne 20 000 personnes qui agitent mécaniquement les bras comme sur un tarmac d'aéroport. Et c'est bon. [](//fr.pinterest.com/pin/create/extension/) ## Les liens [Le site de Depeche Mode](http://www.depechemode.com/) [Un blog autour du groupe et du label Mute](http://www.frenchviolation.com)
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.