Le "Message personnel" de Françoise Hardy, qui relance sa carrière en 1973, quand le mouvement yé-yé est enterré, a été coécrit avec Michel Berger. Le partage du chagrin d'amour...

Françoise Hardy en 1960 à Milan
Françoise Hardy en 1960 à Milan © Getty / Mondadori Portfolio

Que Françoise Hardy dise son texte au début de cette chanson, c’est une idée de génie. Et c'est pourtant risqué : quand quelqu’un parle sur de la musique, il y a toujours le risque que ça devienne solennel. Mais avec cette femme, on est à l’abri de ça. Et Michel Berger le savait. C’est lui qui a voulu qu’elle les dise, ces mots. C’était rendre justice à son naturel : une femme qui a l’élégance de se mettre à nue sans jamais s’égosiller. C’est peut-être pour ça que, quand on entend cette chanson à la radio, on a envie de tout arrêter. Pour l’écouter. Elle.

Elle parle, sans points d’exclamation. Il n’y a que l’orchestration et la batterie pour dramatiser l’affaire.

Michel Berger signe la mélodie et le refrain de "Message Personnel" mais c’est bien Françoise Hardy qui a écrit ce beau texte de début. Dans une interview accordée au Figaro pour fêter les 40 ans de la chanson et de l'album qui porte son nom elle explique :

Ça raconte exactement ce que je vivais à l’époque et que j’ai vécu toute ma vie. J’ai passé ma vie à écrire sur ce même thème.

Celui de l’amour cruel.

Et puis dans "Message Personnel", Françoise Hardy va chanter. A cappella d’abord. Comme on prend son élan timidement. On a envie de lui mettre la main sur l’épaule et de lui dire :

Françoise. On est avec vous. Ça va aller.

la suite à écouter...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.