Le groupe Franz Ferdinand est à l’affiche de Tubes And Co ce matin. Et la chanson s’intitule “Take Me Out”, c'est une chanson d’amour. L’histoire d’un garçon timide qui demande à la fille qui lui plaît de le prendre, de le choper. Bref, vous voyez l’idée. Or la timidité n'exclut pas la grandiloquence.

En ce début des années 2000, la résurrection du rock fut d’abord initiée par des Américains avec force guitares qu’on défouraille. 

Avec les 4 garçons de Franz Ferdinand, le Royaume Uni allait tenir magistralement sa place dans cette énième renaissance du rock’n’roll.  

La renaissance de son immédiateté, de sa frénésie... 

Quand soudain, contre toute attente, ce morceau, lancé comme un bolide, donne un coup de frein à main. 

Take Me Out, est un morceau gigogne qui en cache plusieurs. C’est comme si une nouvelle chanson commençait ici.  

Dans le cadre de leur politique : “rien à foutre des recettes commerciales”.  

Le groupe envoie le refrain à plus d’une minute du début la chanson. Et je peux vous dire que c’est tard. 

Des tables de la loi du rock’n’roll, Franz Ferdinand en respecte au moins une : le riff. Un motif de guitare qui signe une chanson et qui vous colle au cerveau, exécuté ici par Nick McCarthy. 

Après ça, Alex Kapranos, chanteur, reprend presque la même mélodie et la même scansion que la guitare. 

Et pendant qu’Alex chante, si on donne un coup de stabilo sur la guitare. Elle joue tout autre chose. 

En 2014, cette chanson d’amour va se charger d’un sens politique.  

Les 4 membres de Franz Ferdinand sont installés en Ecosse.  

Et en 2014, un référendum appelle les citoyens à voter en faveur ou non de l’indépendance écossaise. Or “Take Me Out” peut se traduire par :  sors moi de là !” 

A l’occasion d’un concert en faveur de l’indépendance, Franz Ferdinand interprète le morceau comme un hymne : “Sors-moi du Royaume Uni”. 

Take Me Out, devient un slogan, non pas nationaliste, mais 3 mots qui martèlent le dégoût et le refus de l’Angleterre conservatrice, alors dirigée par le Premier ministre David Cameron.  

  • Légende du visuel principal: En 2004, avec "Take me out", les quatre garçons de Franz Ferdinand signent une chanson d'amour et un hymne politique tout à la fois © AFP / Karl Walter / Getty Images North America
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.