"Amoureux solitaires", l'un des premiers tubes de Lio, doit autant à l'interprétation piquante de la chanteuse qu'à l'audace musicale du compositeur, Jacno. Flash-back en 1980.

Lio dans le clip "Amoureux solitaires"
Lio dans le clip "Amoureux solitaires" © Capture écran du clip

Cette année-là, Lio passe à la télévision dans une minijupe de cuir rouge. Elle porte un t-shirt où l'on voit Mickey. C’est une gamine, mais affranchie. Au début de chaque couplet de cette chanson, elle balance :

Eh toi, dis-moi que tu m’aimes.

« Eh toi », comme si elle pointait sa proie de l’index. Direct. Une fille qui chante son envie de l’amour, en refusant l’emphase et les chichis. Entre cette voix de gamine qui annone et la mélodie qui fait penser à une ritournelle de comptine, "Amoureux solitaires" avance planqué. Ce serait léger et innocent, comme l’enfance. Un truc que l’on chante sans y penser. Il y est pourtant question de « ville morte » et de « plaisirs chimiques ». Ces plaisirs chimiques, ce ne sont pas des chewing-gums.

"Amoureux solitaires" est en fait l’adaptation d’un morceau intitulé "Lonely Lovers", du groupe français Stinky Toys, « les jouetspuants ». Le texte est en anglais mais c’est le même. Pour le reste, "Lonely Lovers" n'a rien à voir avec le tube de Lio. "Amoureux solitaires" ou l’histoire d’un morceau qui a pris des détours.

Stinky Toys, c’est une fille, Elli Medeiros, et un garçon qui se fait appeler Jacno. Un visionnaire moins connu que Gainsbourg ou Bashung, mais qui a pourtant fait aussi grand pour la musique française. Après avoir été pionnier du punk, Jacno invente l’électro-pop à la française. Si "Amoureux solitaires" est devenu le tube que l’on connaît, c’est parce qu’une composition de Jacno est tombée dans l’oreille de Lio. Un menuetélectronique qui s’intitule "Rectangle," diffusé sur les ondes en 1979.

À l’époque, Lio a déjà connu le succès avec "LeBanana split". Pour la suite, elle veut que ses chansons sonnent modernes, comme Jacno. Elle a 18 ans et les adultes de sa maison de disques ne sont pas d’accord. Elle raconte :

Ils ont même appelé ma mère pour me raisonner. Après le succès de "Banana split", ils voulaient que je fasse un truc genre "Citron pressé" ou "Pêche melba".

Mais Lio tient bon et, avec "Amoureux solitaires", la variété française s’approprie une musique pionnière.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.