En 1955, un énergumène étonnant du nom de Little Richard bouscule les conventions toutes fraîches du rock and roll avec un tube qui fera date : "Tutti Frutti" était né.

Crée par le petit Richard, un garçon pourtant immense dans l’histoire du rock’n’roll, ce tube nait dans la cuisine d’un bar où Little Richard fait la plonge. Et comme dans une cuisine, il y a rarement une batterie, le jeune Richard balance :" wop bop a loo bop a lop bom bom "… Pour imiter le son de la batterie, tout en lavant les verres. D’ailleurs même quand il aura une vraie batterie, avec un orchestre au complet derrière lui, tout le monde s’arrêtera de jouer pour qu’il balance ce truc. A capella. Ce roulement de tambour fait avec la bouche, c’est comme tirer sur une ficelle pour démarrer un moteur. A chaque fois, ça relance la machine infernale de la chanson.

Quant à cette expression Tutti Frutti, Little Richard explique : « Tutti Frutti c’est venu de nulle part. Je le disais mais je ne savais pas ce que ça voulait dire."

Nous sommes en 1955, Little Richard, troisième rejeton d’une famille qui en compte douze, le p’tit Richard donc, a 23 ans. Elvis Presley, Bill Halley et Chuck Berry viennent tout juste d’allumer la mèche du rock’n’roll. Little Richard est celui qui va embraser l’affaire. Si Elvis a des restes de crooner, le p’tit Richard chante comme on crie. Avec lui, tous les signaux sont dans le rouge.

Les invités

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.