The Clash
The Clash © Wikimedia commons
**Cette année 2014, ce sont les 35 ans de l'album historique du groupe The Clash.** Ce matin c'est donc le titre _London Calling_ qui est à l'affiche de _Tubes And Co._ Et comme disait Clint Eastwood : "tu vois, le monde se divise en 2 catégories", d'un côté, les chansons qu'on écoute comme on se pelotonne sous une couette. De l'autre celles qui vous rendent prêts à bondir parce qu'elles semblent vous dire : à l'assaut ! Ce matin, c'est donc cette dernière option que je choisis. ### Le clip de London Calling :
The Clash, le groupe, soit 4 cavaliers qui surgissent au cœur de la nuit. Une nuit de décembre 79 ici. À peine le diamant parcourt-il les premiers sillons du vinyle que sonne le coup d'envoi d'une chevauchée héroïque. London Calling, dit-il. _Londres lance un appel_ ou _Ici Londres_ , c'était les mots du speaker de la BBC pendant la deuxième guerre mondiale. Car _London Calling_ est une chanson de fin du monde, une chanson de l'apocalypse, qui serait raccord avec le « No Future », slogan du mouvement punk dont le Clash est issu. Sauf que cette chanson ça n'est pas que ça. C'est aussi « bougez – vous, il est encore temps », ici, maintenant. Et puis il y a ce gars. Et puis il y a cette voix. Il s'appelait Joe Strummer. Avec un nom comme Clash, on pouvait se douter que nous n'aurions pas affaire à un petit chanteur à la croix de bois. Joe Strummer qui balance le texte comme on fout une gifle, comme on se débat contre la terre entière, pour dire l'urgence face à ce qui se passe : le chômage au taquet, les services en grève, les émeutes qui secouent l'Angleterre et l'arrivée de Thatcher au pouvoir en Mai 79, l'année même ou _London Calling_ est diffusé sur les ondes.
Pochette London calling - The Clash
Pochette London calling - The Clash © Radio France
Ce qui nous amène à une petite digression sur l'évolution du statut du rocker : si au XXI° siècle l'indignation est finalement reléguée à un vieux monsieur à la voix flûtée qui s'appelait Stéphane Hessel... Disons alors que le Clash est le dernier groupe de rock insurgé. Insurgés musicaux aussi. Dès 1976, il leur sembla urgent ainsi qu'à d'autres de leurs camarades hirsutes de décaper les oreilles. Le Clash - comme le mouvement punk dont il est issu – a donc rapidement gueulé : revenons aux fondamentaux du rock nom de Dieu ! À son urgence primitive et dépouillée des années 50. Urgence primitive et dépouillée ne signifiant en rien « musicien qui ne sait pas jouer. » Car si les managers des groupes punk ont tenté de nous fait croire que ces gars là ne touchaient pas une bille, c'était de la flûte. Entre 1976 et 1985, le quattuor du Clash a compté des musiciens qui n'ont cessé de se perfectionner, d'élargir leurs influences musicales. London Calling est une chanson qui ouvre un album qui porte le même nom. London Calling comme tous les morceaux de l'album du même nom était donc réglé au cordeau avant d'entrer en studio. Et c'est là qu'est entré en scène un taré complet qui a déboutonné l'affaire et permis au groupe de retrouver sa rage initiale. Un producteur du nom de Guy Stevens qui faisait voler des chaises pendant les séances d'enregistrements et versait des litres de bière dans le piano pour que ça sonne mieux. _London Calling_ sonne l'alarme et _London Calling_ souffle l'espoir. 4 jeunes anglais à l'élégance folle qui se refusent à la résignation. 4 jeunes gens cohérents qui ont fait en sorte que leur double album soit vendus au prix d'un seul en renonçant à leurs royalties. ## Les liens [Le site officiel des Clash](http://www.theclash.com/)
Les invités
Les références
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.