Ce matin, André Manoukian s'intéresse au son du Nord

S’il est vrai qu’un territoire produit un son, examinons le Nord sous un angle acoustique. Et tout d’abord les compositeurs qui y sont nés… Ça commence fort : Josquin des prés, né en 1440, surnommé le Prince de la musique par ses contemporains.

Il développa et porta à son maximum l’art de la polyphonie.Ah, on tient quelque chose, la polyphonie, ou l’art de chanter à plusieurs voix, brille particulièrement dans les pays du nord.L’art de la polyphonie c’est l’art du vivre ensemble :Chanter à plusieurs voix, ça implique de s’exprimer tout en écoutant l’autre afin de bien s’accorder à lui.Pas un hasard si la démocratie moderne nait dans les pays du nord..Allez, un petit saut dans le temps et dans le style, et voici George Delerue, (@ faire démarrer le mépris) immense compositeur de musiques de film, né à Roubaix, en 1925 et mort à Los Angeles en 1992... Il commence avec la nouvelle vague, Godard ..et Truffaut…Quid au niveau du style ? Romantique, léger, aérien..Le rapport avec Josquin des prés ? Une forme de grâce et un grand sens de la mélodie..On continue dans le temps, un tout autre style :Didier Lockwood né à Calais en 56.. Violoniste de jazz, il succède à Stéphane Grapelli

Le point commun avec Josquin des prés et Georges Delerue ?Aérien.. Lockwood, on peut dire qu’il s’envole carrément..L’air rend-il plus léger dans le Nord ? On va finir par le croire… (fin zik)On continue.. Un autre Didier, Didier Super, pas vraiment le même style : Star anti système, né à Douai en 73,Bon, pour Télérama, il a commis le « plus mauvais disque du monde et de tous les temps » .

Point commun avec Josquin, Delerue, et Didier Lockwood ?Une insoutenable légèreté de l’être ?…A travers ces styles, un sentiment émerge : le sens du vivre ensemble, le romantisme, la virtuosité de la liberté, la révolte provoc..Mais il nous manque un tube imparable.Ben le voilà : Pierre Degeyter, ouvrier câbleur né en 1848, grandit à Lille, apprend la musique aux cours du soir.Un jour il reçoit une commande du parti ouvrier français : mettre en musique un poème d’Eugène Pottier.Et là, il le fait le tube, et mondial s’il vous plait…Oui, c’est un chti qui a composé l’internationale, rappelez vous en pour les prochaines élections …On va écouter la version du Pianiste Giovanni Mirabassi, tirée de son album de chants révolutionnaires, Adelante…

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.