du 23 au 27 février, Didier Varrod programme dans Pop & Co une semaine de nouveautés musicales

Pour terminer la semaine, Didier Varrod apporte le nouvel album de Claire Diterzi, 69 battements par minute , qui sortira le 2 mars.

Claire Diterzi | '69 battements par minute'
Claire Diterzi | '69 battements par minute' © Je garde le chien - Au pays des merveilles / Je garde le chien - Au pays des merveilles

Ce disque est le maillon d’un projet total hors-norme qui intègre le théâtre, la littérature, l’image et le son. Mais qui n’oublie surtout pas la chanson...

Difficile en quatre minutes de parler d’une telle aventure artistique et de sa guitare héroïne, Claire Diterzi. Femme électrique, radicale, qui aimerait faire de la chanson contemporaine, comme il y a de la danse contemporaine, mais qui sait que ça n’existe pas. Une Rosa Luxembourg du rock‘n’roll, trop idéaliste pour être de son temps, une chanteuse qui pour la première fois de sa vie n’a plus envie d’écrire des chansons d’amour, une féministe qui aurait aimé être un homme mais qui finalement se contentera d’être un pédé refoulé pour en faire une petite chanson rigolote.

Claire Diterzi a mené de front l’écriture de son album et celui d’un journal de création désopilant. L’incandescente rebelle nous y confie par exemple que lorsqu’elle sort d’un magasin de musique à Pigalle, elle a toujours l’impression d’avoir raté sa vie. Elle dit :

Les vendeurs, on dirait tous Bruce Springsteen. On ne s’entend jamais parler à cause du cake avec des chaussures pointues et un bouc, qui gaufre incontournablement le solo de "Still loving you" le cul vissé sur son Fender Deluxe.

Quoiqu’il en soit, et en paraphrasant légèrement Jean-Jacques Goldman, c’est vrai qu’avec une guitare à la main, Claire, elle n'a peur de rien.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.