Ce morceau - pourtant venue de Belgique - s'inscrit dans une tradition bien française qui consiste à mêler chanson et gastronomie, des Cornichons de Nino Ferrer au Petit Pain au chocolat de Joe Dassin en passant Cuitas les Bananas de Philippe Risoli dont les paroles disent en substance "Elles sont cuitas les bananas, coupées en dosse les patatosse."

Mais en évoquant "des baisers givrés et de la chantilly qui s'écroule en avalanche", Banana Split est plutôt l'histoire d'une jeune fille avec des sucreries polissonnes en bouche. Forcément, ça rappelle quelque chose. Les Sucettes de Gainsbourg chantées par France Gall en 66.Le rapprochement des Sucettes et de Banana Split montre aussi qu'entre 66 et 79, les jeunes filles ont bien changé lorsqu'elles parlent de la chose.1966 : France Gall croyait vraiment nous causer sucreries.1979 : Lio est une coquine66 : Blondeur, raie sur le côté et barrette dans les cheveux.79 : Une chipie agite le palmier qu'elle a sur la tête dans une combi fluo.Une fille qui chante banana comme si elle nous tirait la langue en faisant nananananère.Plus que Les Sucettes de Gainsbourg, l'inspiration revendiquée de Banana Split, c'est la chanson américaine Peaches n' cream, et oui, encore une histoire de crème. Sauf que là, bon, c'est des pêches pour varier les plaisirs.Dans Peaches n' Cream le trio des Ikettes, choristes de Ike Turner au départ, les 3 Ikettes, donc, racontent que leur maman leur a donné quelques conseils pour l'amour. Et môman leur a tenu ce langage : "L'amour n'est pas que douceur. Mais si tu trouves le bon gars pour te marier, la vie peut ressembler à des pêches à la crème. Tu ne vois pas ce que je veux dire ?"Banana Split, c'est les Ikettes avec des années 80 dedans. Et ce qui fonctionne, c'est l'érotisme associé à la voix acidulée de Lio. Elle aurait eu une voix comme ça (hôtesse de l'air) et on était dans le pléonasme.

Cela dit, on a accusé Lio de ne pas chanter en vrai. Peut – être parce que 2 ans plus tôt, en 77, est sorti Ça plane pour moi où effectivement ça n'est pas Roger Jouret alias Plastic Bertrand qui chante mais le producteur de son disque. Plastic Bertrand faisait du playback. Pas Lio. Un an après Banana Split, Lio revient avec ceci : Amoureux solitaire.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.