Tandis qu’Arno vient de publier un album piano-voix qui s’intitule “Vivre”, Tubes N'Co met un de ses succès à l’affiche : “Je veux nager”, titre qui figure sur l'album "Charles Ernest" paru en 2002.

Il dit : “Si j’étais passionné par les fleurs, j’écrirais sur les fleurs”.  

Or en 2002, Arno écrit un album entier sur les femmes. Et le titre du disque c’est “Charles Ernest”. 

Charles Ernest comme les prénoms de ses deux grands-pères.  

“Voulez-vous couchez avec moi ?”  

Puisque dans cette chanson, c'est le fond de sa pensée. 

Mais Arno fait des avances en évitant la case gros lourd. Et peut-être qu’il n’y avait que lui pour y arriver. En plus, il le fait comme s’il sautait à pieds joints dans la flotte. 

A ce moment-là, Arno a 52 ans, le poil blanc et les cernes épais après 30 ans de nuits à faire flamber le rock’n’roll. 

52 balais pour s’imposer définitivement en chanteur de charme

On est d’accord, chanteur de charme mais version modèle unique et totalement inédit dans la francophonie. Sans l’option after shave et chemise repassée. 

Voici quelques extraits du texte de “Je veux nager”, avec la piste vocale de la chanson. 

Souvenir de concert où il lançait au public : “On est moche, mais on s’amuse” ! 

S'amuser mais pas que. Y’a toujours ça chez Arno. Ce moment où il envoie le refrain, comme s'il était sur le point de chialer. 

Dans une première version du morceau.  

La chanson faisait beaucoup plus de rentre dedans. Et en anglais

Mais ça ne va pas. 

En 2002, Arno avait déjà construit son personnage de crooner claudiquant, au point qu’il finissait par “faire du Arno”, et la décision pour ce disque, c’est de se débarrasser de pas mal d’oripeaux.  

Donc, la modestie d’un banjo. 

L’accordéon du musette. 

Du son saturé, du rock pour souligner le truc qui fait.

Les chœurs qui nous transposeraient dans une chanson à boire. 

La basse pour la testostérone. 

Et l’élan d’Arno.

La musique est composée par un belge Geoffrey Burton, la chanson produite par un irlandais, Pete Briquette, et le texte chanté par un belge qui écrit comme il parle : Arno. 

Tout ça, pour une chanson du peuple et du désir.

Même s’il dit ‘qu’"entre les hommes et les femmes, c’est toujours compliqué”. 

Chanson aérienne et lestée, “Je veux nager” est taillée pour la scène.  

Et quand on demandait à Arno, vous faites la fête après le dernier concert de la tournée ? Il répondait : “non je pleure”. 

Son nouvel album où il n’y a qu’un piano, une contrebasse et sa voix s’intitule "Vivre". 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Le chanteur Arno sur la scène de L'Olympia à Paris en 2013 © Getty / David Wolff - Patrick/Redferns
Les invités
  • ArnoArtiste, Auteur compositeur interprète belge
L'équipe
Contact