“Il pleut des hommes !”, “It’s raining men !” par les Weather Girls, c’est le Tubes N'Co du jour, enregistré en 1982 par Martha Wash et Izora Armstead et tiré de l'album "Success".

Non. Ceci n’est pas un orage, c’est une épiphanie. Et c’est comme si le capitaine Flam lui-même arrivait sur notre Terre. "Qui est le capitaine Flam ?", me demande–t-on au fond de la salle. C’est un beau gosse mes chéris. Et de beaux gosses, il sera hautement question ici, puisque ce matin, comme le dit cette chanson, il pleut des hommes. 

Ah oui, je vous ai pas dit : j’ai fait quelques modifs pour ce matin. C’est Dominique Seux qui vous présente la météo. Et qui assure la traduction du texte. 

Revenons aux faits. C’est l’immense Martha Wash et sa collègue Izora Armstead, qui incarnent les voix puissantes des Weather Girls

Non mais tu te fous de moi là ?!?

C’est exactement comme ça, que s’exclama Martha Wash face au compositeur Paul Jabara lorsque celui-ci lui proposa cette chanson, It’s raining men. Paul tenta d’abord de refiler le morceau à ses copines : Donna Summer, Barbra Streisand et Cher. Toutes ont dit : “non, c’est ridicule”.  

Mais Martha Wash, elle, finit par accepter après moult supplications. Nous sommes en 1982 et le disco est moribond. Trois ans plus tôt, en 1979, un taré organisa un auto-dafé d’albums disco au milieu d’un terrain de base-ball. Réflexe flippé d’une Amérique blanche et viriliste, qui se sent menacée par une musique noire, associée à la communauté homosexuelle. 

Mais les braises du disco sont encore chaudes. Et il connaît une excroissance qui s’appelle, la High Energy. Le tempo est accéléré, des sons électros sont ajoutés. It’s raining men boxe dans cette catégorie, de la high energy. 

Dans son livre Night Fever, 100 hits qui ont fait le disco, Belkacem Méziane rappelle, je cite “l’influence du chant gospel” dans le disco. 

De Donna Summer à Thelma Houston en passant par Gloria Gaynor : toutes ont chanté à l’église avant d’enflammer les dancefloor. Et pour Martha Wash, chanteuse principale des Weather Girls. C’est idem.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Par ailleurs, le refrain lui-même ne célèbre-t-il pas Dieu avec deux interjections religieuses ? It’s raining men est donc une fête du slip, et devient un hymne gay de l’année 1982.  

Mais c’est aussi le dernier feu de la bamboche. Cette même année, 82, apparaît un virus dont on prononce l’acronyme pour la première fois : SIDA. Patrick Cowley, père fondateur de la High Energy y succombera en 1984. 

It’s raining men est aussi un hymne féministe où deux femmes, noires, américaines, enjoignent leurs sœurs à jouir du corps des hommes. Et c’est le moment pour moi de relever le défi qui m’a été lancé pour aujourd’hui. 

Et maintenant : et ben comme Dominique Seux devient miss météo. Et Marie-Pierre Planchon prend la direction du magazine Les Echos. 

Cette chanson dit aussi : "Il pleut des hommes alors arrachez le toit de votre maison et restez au lit !” 

Souriez, c'est vendredi !

  • Légende du visuel principal: Martha Wash and Izora Armstead - The Weather Girls © Getty /
L'équipe
Contact
Thèmes associés