Jim Morrison a disparu il y a bientôt un demi-siècle et ce matin, votre Tubes N’Co est consacré à la chanson “Break on through”. 1967, Jim Morrison déclare : “J’aime l’idée de foutre en l’air l’ordre établi. Je suis intéressé par tout ce qui concerne : la révolte, le désordre, le chaos”.

Cette déclaration a une bande son. Et c’est ça. 

Il y a la vitesse d’abord. Parce que ça urge. Il y a urgence à liquider le monde d’avant. 

Et la jeunesse en aurait et l’arrogance et la puissance. 

Jim Morrison a 23 ans. Et c’est comme s’il s’était fixé une mission : réveiller sa génération. 

Evade–toi, passe de l’autre côté

C’est le mantra de cette chanson et c’est un manifeste : “évade toi, passe de l’autre côté” pour refuser la réalité telle qu'elle est imposée par ceux qui ont le pouvoir. Parce que 67, c'est quoi ? 

C’est un général qui déclare devant le Congrès américain. 

Avec résolution, confiance et détermination, nous vaincrons contre l'agression communiste au Vietnam

1967, c’est aussi des émeutes raciales sur tout le territoire américain. Et cette musique raconte ce tourbillon de l’enfer. 

Alors Morrison n’invite pas, il ordonne de basculer dans autre monde. C’est un ordre bouffé par la rage. 

Et aussi par le LSD. 

Capito ? Quand Morrison dit “yeah”, c’est un truc d’autorité. Pas une déco pour faire rock’n’roll. 

De toute façon, au départ, le rock’n’roll, il s’en foutait Morrison. 

Sa vocation originelle, c'est l'écriture. Il est l’un des premiers à faire entrer des auteurs comme Aldous Huxley, Rimbaud, ou William Blake sur une musique pour la jeunesse. 

La composition même des Doors n’obéit pas à l’orthodoxie du rock. La formation classique, c’est : guitare, basse, batterie ? Pas de basse ici, mais des claviers. 

Et à la batterie, que joue John Densmore ? Un rythme de bossa nova sous speed. 

Qui aurait pensé que la bossa nova soit compatible avec la colère pure ? 

En 67, on commence à parler de guitar hero. Mais là, ce sont les claviers de Ray Manzarek, qui signent le morceau. 

Et la guitare de Robbie Kriger. Qui envoie des missiles. 

On est en janvier 67, six mois avant le “Summer of love”, l’été de l’amour. Mais Morrison, c'est l'ange noir de la Côte Ouest. 

Le 29 Août 1970, Les Doors figurent parmi les têtes d’affiche du festival de l’île de Wight, en Angleterre. 

600 000 spectateurs sont là. C’est la nuit noire. Morrison se pointe à 2h du matin. 

Il est usé par les drogues et l’alcool, quand les trois autres musiciens exceptionnels du groupe tiennent le cap d’une symphonie pleine balle. 

En 2018, John Densmore, batteur, confie au magazine Rolling Stone : 

Ce soir-là, Jim était comme une casserole d’eau bouillante avec un couvercle sur le dessus

Jim Morrison meurt d’une overdose à Paris, le 3 Juillet 1971. 

Les années 60, c’était fini. Et changer le monde c’était foutu. En tout cas pour le moment. 

  • Légende du visuel principal: Jim Morrison, 1970 © Getty / Andrew Maclear/RETIRED / Contributeur
L'équipe
Contact