Après Diderot et Stendhal, Baudelaire est l’un de ces écrivains qui furent passionnés de peinture et qui servirent de passeurs aux artistes contemporains :

« Glorifier le culte des images (ma grande, mon unique, ma primitive passion) », s’écrie-il dans Mon cœur mis à nu (I, 701). Cette exatation lui venait de loin. Son père, François Baudelaire, était désigné comme « peintre » sur l’acte de naissance du futur poète, qui montra toujours de la curiosité pour les arts et qui était un bon dessinateur. Son admiration pour Delacroix était ancienne, déjà affirmée à l’hôtel Pimodan, quai d’Anjou, où il séjourna à partir de 1843 et où il possédait des lithographies de la série consacrée à Hamlet, ainsi qu’une copie des Femmes d’Alger par son ami Émile Deroy. Dès son premier Salon , en 1845, Delacroix est son héros :

M. Delacroix est décidément le peintre le plus original des temps anciens et des temps modernes. Cela est ainsi, qu’y faire ? Aucun des amis de M. Delacroix, et des plus enthousiastes, n’a osé le dire simplement, crûment, impudemment, comme nous. […] M. Delacroix restera toujours un peu contesté, juste autant qu’il faut pour ajouter quelques éclairs à son auréole. Et tant mieux ! Il a le droit d’être toujours jeune, car il ne nous a pas trompés, lui, il ne nous a pas menti comme quelques idoles ingrates que nous avons portées dans nos panthéons. (II, 353)

"Les Femmes d'Alger", par Eugène Delacroix, 1834
"Les Femmes d'Alger", par Eugène Delacroix, 1834 © Domaine public

Delacroix est romantique et il est coloriste , et ces deux qualités font de lui l’artiste moderne par excellence, mais cela n’exclut pas qu’il soit aussi un grand dessinateur, l’égal des meilleurs, ni qu’il puisse rivaliser avec les artistes les plus classiques :

Nous ne connaissons, à Paris, que deux hommes qui dessinent aussi bien que M. Delacroix, l’un d’une manière analogue, l’autre dans une méthode contraire. — L’un est M. Daumier, le caricaturiste ; l’autre, M. Ingres, le grand peintre, l’adorateur rusé de Raphaël. […] Daumier dessine peut-être mieux que Delacroix, si l’on veut préférer les qualités saines, bien portantes, aux facultés étranges et étonnantes d’un grand génie malade de génie ; M. Ingres, si amoureux du détail, dessine peut-être mieux que tous les deux, si l’on préfère les finesses laborieuses à l’harmonie de l’ensemble, et le caractère du morceau au caractère de la composition, mais […] aimons-les tous les trois. (II, 356)

Les références
L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Un été avec Baudelaire Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.