L’Iliade, un poème vieux de plus de 2500 ans venu de la mer qui pétille à nos oreilles. Comment expliquer son incroyable modernité ?

Buste d'Homère conservé au Pergamon Museum à Berlin
Buste d'Homère conservé au Pergamon Museum à Berlin © Getty / PHAS / Contributeur

Un poème, surgi de la mémoire, explose dans l'éternité. Comment expliquer qu'un récit vieux de plus de 2500 ans, jailli de la mer éternelle, résonne à nos oreilles avec tant de jeunesse, avec un pétillement aussi vivace que celui du ressac sur une côte de marbre. Pourquoi ces vers paraissent-ils avoir été écrits ce matin par un très vieux frère immortel pour nous apprendre de quoi seront faits nos lendemains ?

Je vois deux hypothèses à cela :

  • Soit les dieux dont Homère se fait le chantre ont existé et ils ont inspiré leur hagiographe. Ces vers étaient donc faits pour rencontrer notre époque.
  • Soit rien n'a changé sous le soleil de Zeus et les thèmes qui traversent les poèmes ; la guerre, la gloire, la grandeur, la mort, sont le combustible impérissable de l'éternel retour. Mais dans les deux cas, le poème homérique est un poème éternel car l'homme, s'il a changé d'habits, est exactement le même personnage misérable et grandiose, qu'il soit casqué sur la plaine de Troie ou en train d'attendre l'autobus dans la France de 2017...

Homère est notre très vieux compagnon d'aujourd'hui, demandons-lui ce qu'il a encore à nous dire...

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.