Comment expliquer qu'un récit vieux de plus de 2500 ans, jailli de la mer éternelle, résonne à nos oreilles avec tant de jeunesse, avec un pétillement aussi vivace que celui du ressac sur une côte de marbre ? C'est ce que Sylvain Tesson va tenter de nous expliquer

Buste d'Homère
Buste d'Homère © Getty

Pourquoi ces vers paraissent-ils avoir été écrit ce matin par un très vieux frère immortel pour nous apprendre de quoi seront faits nos lendemains?

Le poème homérique est un poème éternel, car l'homme, s'il a changé d'habits, est exactement le même personnage misérable et grandiose, qu'il soit casqué sur la plaine de Troie ou en train d'attendre l'autobus dans la France de 2019

Tout au long de cette série, nous allons passer des fleuves et des champs de bataille, nous serons jetés dans la mêlée, nous serons conviés à l'assemblée des Dieux. Nous essuieront des tempêtes et des pluies de soleil, nous pénétreront dans des grottes et des alcôves, nous visiteront des palais. Nous prendrons pied sur des récifs. Parfois, des hommes mordront la poussière frappés à mort. D'autres seront sauvés. Toujours les Dieux veilleront. 

L'Iliade et l'Odyssée

L’Iliade est le récit de la guerre de Troie. L'Odyssée raconte le retour d’Ulysse son royaume d'Ithaque. En d'autres termes, l'un est le chant de la guerre, l'autre, celui du retour. Mais les deux scrutent la condition humaine. A troie, c'est la ruée des peuples en guerre, manipulés par les dieux. Sur le bateau d'Ulysse, c'est la possibilité d'échapper à son destin. La malédiction de la guerre ici, la possibilité d'une île. Là bas, l'Iliade et l'Odyssée. Le temps des héros. Puis l'aventure intérieure. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.