Qui est le héros d’Homère ? Le jouet des dieux, le maître de sa propre partie? Est-il autonome ou déterminé ? Un pantin ou une force vive ?

L'Iliade et l'Odyssée sont les poèmes du destin et de la liberté.Les dieux ne demandent pas à l’homme grec de se conformer à un dogme révélé ou à une règle édictée. Le monde mythologique n’est pas un monde moral où la vertu se mesurerait à ce qui est licite et ce qui est illicite comme chez les Musulmans, à ce qui est bon et ce qui mauvais comme chez les Chrétiens. Les dieux ont besoin des hommes pour leurs affaires personnelles.

Telles les races de feuilles. Telles les races des hommes. Tantôt tombant sous le vent. Tantôt s'accroissant innombrables sous la poussée des forêts quand survient la saison printanière. Ainsi des générations, l'une croit, l'autre s'efface.

Ce terrible vers de l'Iliade balaie nos prétentions peser quoique ce soit dans la balance du Monde. C'est Glaucos qui s'adresse ainsi à Diomède. C'est un vers affreux, mais superbement lucide. Dans la lumière antique, l'homme reste une paille.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.