Le pessimisme de Montaigne est net : au contact du Vieux Monde, le Nouveau Monde se dégradera – c’est même déjà fait –, alors que c’était un monde enfant, innocent. C’est la fin du chapitre « Des cannibales ». Montaigne vient de peintre le Brésil comme un âge d’or, comme l’Atlantide de la mythologie. Les Indiens sont sauvages au sens non de la cruauté, mais de la nature — et nous sommes les barbares. S’ils mangent leurs ennemis, ce n’est pas pour se nourrir, mais pour obéir à un code d’honneur. Bref, Montaigne leur passe tout et ne nous passe rien.

montaigne et le brésil
montaigne et le brésil © Radio France

Trois d’entre eux, ignorant combien coûtera un jour à leur repos, et à leur bonheur, la connaissance des corruptions de deçà, et que de ce commerce naîtra leur ruine, comme je présuppose qu’elle soit déjà avancée (bien misérables de s’être laissés piper au désir de la nouvelleté, et avoir quitté la douceur de leur ciel pour venir voir le nôtre), furent à Rouen, du temps que le feu Roi Charles neuvième y était : le Roi parla à eux long temps, on leur fit voir notre façon, notre pompe, la forme d’une belle ville (I, 30, 332 ; 31, 265-6) Secondement […] qu’ils avaient aperçu qu’il y avait parmi nous des hommes pleins et gorgés de toutes sortes de commodités, et que leurs moitiés étaient mendiants à leurs portes, décharnez de faim et de pauvreté ; et trouvaient étrange comme ces moitiés ici nécessiteuses, pouvaient souffrir une telle injustice, qu’ils ne prissent les autres à la gorge, ou missent le feu à leurs maisons.

Le deuxième scandale, c’est l’inégalité, qu’il y ait des pauvres et des riches. Montaigne fait de ses Indiens sinon des communistes avant la lettre, du moins des adeptes de la justice et de l’équité.

Il est curieux que Montaigne ait oublié le troisième motif d’indignation de ses Indiens. Après une curiosité politique et une autre économique, de quoi pourrait-il bien être question ? Nous ne le saurons jamais avec certitude, mais j’ai toujours eu une petite idée ; je la donnerai une autre fois.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.