On sait peu de chose de la mère de Pascal, qui mourut quand il avait trois ans. Mais son père fut une figure considérable, omniprésente, toute-puissante. Pascal respectait les autorités, à commencer par l’autorité paternelle, mais il ne fut sûrement pas facile d’être le fils d’un tel père.

Les Pascal, père et fils
Les Pascal, père et fils © Getty / duncan1890

Étienne Pascal (1588-1651) était un juriste, un administrateur, et un mathématicien, un musicien. Comme étudiant en droit à Paris, il aurait fréquenté l’avocat Antoine Arnauld (1560-1619), le père de toute la tribu de Port-Royal.

Les Pascal, qui se convertiront au jansénisme en 1646, appartenaient au même milieu que les Arnauld, la notabilité de robe, originaire d’Auvergne, un temps gagnée par la Réforme, partisane d’un catholicisme austère et d’une morale rigoriste.

À la naissance de son fils en 1623, Étienne Pascal était conseiller à la Cour des Aides de Clermont, plus tard second président de la Cour des Aides de Montferrand. 

À 43 ans, en 1631, le père de Pascal se retira à Paris pour se rapprocher des savants et éduquer ses enfants

Il avait une « grande affection » pour son « fils unique », dira Gilberte (I, p. 571 ; p. 47), mais c’était un homme autoritaire et possessif, un magistrat incorruptible, mais dur et intransigeant, à la fois un homme de savoir et de pouvoir, doué pour la comptabilité et la finance, mais équitable et probe, et le seul maître de ses enfants.

La suite à écouter...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.