L'intense relation entre Paul Valéry et sa maîtresse, Catherine Pozzi, se délite peu à peu pour sombrer dans le néant. Régis Debray décrit ce désamour en désignant ce qui meurt et ce qui survit, que ce soit la poésie, un nouvel être ou une certaine idée des sentiments, jusqu'aux traces inscrites dans notre présent.

L'équipe
(ré)écouter Un été avec Paul Valéry Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.