S'il a écrit dans ses Cahiers quotidiens : « Le théâtre est mon antipode », Paul Valéry a compris que l'art de la scène pouvait révéler bien des choses humaines et nous a laissé des œuvres diverses, dont certaines encore jouées aujourd'hui.

Pour Paul Valéry, le refus d'être littérateur se doublait du refus d'être dramaturge. Mais ses recherches, toujours approfondies, l'incitent finalement à créer, et il donnera, à l'étonnement de tous, des livrets et des pièces. Sa fréquentation d'auteurs dramaturges, comme Paul Claudel, de danseurs chorégraphes, comme Serge Lifar ou de compositeurs, comme Claude Debussy, actualise constamment ses réflexions sur le théâtre et la scène.

Ses Cahiers regorgent de notes critiques et de considérations sur l'art théâtral et l'on peut dire que Paul Valéry a contribué aussi à la rénovation de cet art. Vous pouvez lire avec intérêt l'ouvrage de Huguette Laurenti, Paul Valéry et le Théâtre, publié aux éditions Gallimard

L'Idée Fixe 

L’Idée Fixe est une œuvre commandée par le corps médical. Paul Valéry compose les dialogues en 1922. Le texte sera adapté au théâtre par Pierre Fresnay et Pierre Franck et créé au théâtre de la Michodière en janvier 1966.

En 1990, Bernard Murat propose à son ami comédien, Pierre Arditi, de rejouer cette pièce, immense succès renouvelé en 2007.

Les Cahiers de Paul Valéry

Les notes prises par Valéry pendant près de cinquante ans couvrent plus de trente mille pages, précieusement conservées dans des cahiers d'écolier. Ce sont ainsi deux-cent-soixante-deux cahiers intimes déposés au Département des manuscrits de la BnF. 

Chaque page de cahier est photographiée, numérisée et désormais consultable en ligne par le site de la BnF, le site Gallica

La totalité des Cahiers est également consultable en fac-similé à la bibliothèque du Centre Georges-Pompidou de Paris. 

L'équipe
(ré)écouter Un été avec Paul Valéry Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.