Le double jeu de l'auteur Paul Valéry pourrait peut-être nous enseigner la vie intérieure et l'intégrité intellectuelle. Nous l'allons découvrir avec le biographe du poète, Michel Jaretty et la découverte, en 2009, de poèmes érotiques de Paul Valéry, exhumés par le regretté Bernard de Fallois, éditeur.

Printemps Éternel (détail) d'Auguste Rodin (1884)
Printemps Éternel (détail) d'Auguste Rodin (1884) © Getty / PHAS / Hulton Fine Art Collection

Régis Debray propose aujourd'hui un double regard sur l'homme Valéry, celui de l'auteur monumental, contemporain de Proust, Gide et Claudel, et l'autre, moins évident… 

sacripant drolatique, l’anar espiègle, le gamin salace aux mauvaises pensées suprêmement incorrectes.

Paul Valéry est mort à Paris le 20 juillet 1945.

Toute une vie d'écriture et de réflexion sur de multiples thèmes et sujets, l'œuvre de Valéry est une somme où apparaît, en filigrane, la quête d'une jubilation. Michel Jarrety, biographe du poète, évoque la nécessité de découvrir « le Valéry facétieux » :

C’est un homme travaillé par un besoin de tendresse et de sensualité extrêmement profond. 

L'homme connaît des passions amoureuses, la dernière portant le nom de Jeanne Loviton, éditrice et romancière, grande séductrice dans le milieu littéraire français. Jeanne publiait sous le nom de Jean Voilier. Michel Jarrety a résumé l'étrange relation amoureuse entre Jeanne Loviton et Paul Valéry : ce dernier attendait de sa maîtresse qu'elle le ressourçât, cependant qu'il affinerait son talent.Lettre de Paul Valéry à Jeanne Loviton :

Je te bois ma beauté et je t’attrape de l’autre, tous les côtés sont bons, mon doux cochon de lait.

Ces cent cinquante poèmes dédiés à cette Jeanne désirée et aimée sont retrouvés assez récemment et publiés en 2009. Paul Valéry :  poèmes à Jean Voilier se décline sous la forme de deux ouvrages poétiques regroupés en un seul : Corona et _Coronilla. _L'ouvrage, sous la houlette de Bernard de Fallois, auteur et éditeur décédé en ce début janvier 2018, paraît en 2009 et sur FR3, dans l'émission, Un Jour, Un Livre, Olivier Barrot nous décrit ces pages enfin exhumées.

Régis Debray, dit de Paul Valéry qu'il est…

Mieux qu'un maître à penser, un maître à sentir.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.