Régis Debray décrit savoureusement la rencontre entre trois jeunes hommes qui deviendront des écrivains pour nous célèbres : Paul Valéry, Pierre Löuys et André Gide. Il évoque également l'intervention décisive de Pierre Löuys dans ce qui deviendra, pour Paul Valéry, une filiation spirituelle avec Stéphane Mallarmé.

Un livre

Correspondances à trois voix (1888-1920) Édition de Peter Fawcett et Pascal Mercier. Préface de Pascal Mercier. Collection Blanche, Gallimard, parution le 24 juin 2004

Les éditions Gallimard ont regroupé toute la correspondance des trois écrivains, entre 1888 et 1920, en un seul volume de 1696 pages ! L'occasion de savourer leur commune ferveur littéraire manifestée en particulier dans le lancement des revues Potache-Revue, La Conque et Le Centaure ; mais aussi d'éclaircir le rôle de catalyseur de Pierre Louÿs dans les débuts littéraires de ses deux amis. Après la brouille entre Gide et  Valéry, les lettres échangées avec Pierre Löuys, au jour le jour pendant les années 1916-1917, brassent une foule d'idées et de réflexions qui vont nourrir la création de l'auteur de La Jeune Parque.

Quel éclat sur mes cils aveuglément dorée,        
Ô paupières qu’opprime une nuit de trésor,        
Je priais à tâtons dans vos ténèbres d’or !

L'équipe
(ré)écouter Un été avec Paul Valéry Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.