Paul Valéry témoigna toujours une reconnaissance indéfectible à Pierre Louÿs, même lorsque ce dernier, en pleine déchéance et remplis d'obsessions diverses, ne percevait plus la réalité de leur durable amitié. Régis Debray déroule pour nous le fil d'une rencontre essentielle à Paul Valéry, inscrite dans son temps.

Pierre Louÿs, un coup de foudre intellectuel avec Paul Valéry (1870 - 1925)
Pierre Louÿs, un coup de foudre intellectuel avec Paul Valéry (1870 - 1925) © AFP / Archives Zephyr / Leemage

Paul Valéry, dans Les Cahiers :

L’amitié de Pierre Louÿs fut une circonstance capitale de ma vie.

L'auteur, à l'âge de 25 ans, des Chansons de Bilitis, connaît un immense succès à son époque ; mais aujourd'hui, l'écrivain Pierre Louÿs possède une image plus effacée dans la littérature française. 

Régis Debray nous explique ici les origines probables de cet effacement.

Les Chansons de Bilitis inspirèrent Claude Debussy qui composa un cycle de mélodies, Trois Chansons de Bilitis, créées salle Pleyel le 17 mars 1900 par la soprano Blanche Marot et le compositeur lui-même au piano. Claude Debussy a aussi composé une musique de scène pour accompagner la lecture du recueil de Pierre Louÿs.

Sur ce document Youtube, la soprano Régine Crespin interprète les Trois Chansons de Bilitis :

Pour mieux connaître la vie de Pierre Louÿs, un site lui est consacré.

L'équipe
(ré)écouter Un été avec Paul Valéry Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.