Le texte de "À la Recherche du Temps Perdu" peut nous sembler labyrinthique, tant les repères sont rares ou flous. L'intention de l'auteur est claire et nous est expliquée par Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, au micro de Laura El Makki.

Tout est affaire de chronologie.

Le narrateur de À la recherche du temps perdu ne manque vraiment pas d’audace en prononçant cette phrase dans Le Temps retrouvé . On a même l’impression qu’il se moque un peu de nous... car, depuis le début du roman que nous lisons, roman qui a justement pour thème le temps, notre héros ne nous donne aucun indice chronologique, ou quasiment pas… Seules, l’Affaire Dreyfus et la Première Guerre mondiale, viennent ponctuer le récit et le situer dans le mouvement de l’Histoire : celui que nous connaissons et qui nous permet d’avoir quelques repères.

Mais si l'on regarde l’ensemble de l’ouvrage, celui-ci apparaît davantage comme un labyrinthe qui brise nos habitudes de lecture, et nous pousse à être doublement attentifs… un labyrinthe que nous allons explorer ce soir, en essayant de ne pas nous y perdre…

Que révèle ce désordre apparent de l’écriture ? Et surtout, comment Marcel Proust fait-il pour montrer que le temps passe sans même désigner ce temps ?

Extraits

  • Archive : reconstitution d'une interview donnée par Proust à Élie-Joseph Bois, en novembre 1913, pour le journal Le Temps.
  • Lecture : extrait du Temps retrouvé, lu par André Dussollier, coffret CD Editions Thélème

Les éditions Thélème proposent des textes classiques et contemporains en version sonore, en audio book, lus par de grands acteurs. Promouvoir la lecture à voix haute, partager une intimité avec un auteur et faire résonner les mots dans leur dimension vivante et moderne, tout cela est rendu possible par le talents des acteurs.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.