Personnage de « La Recherche du temps perdu », ce baron, charmeur et élégant, semble plus complexe qu'il n'y paraît. Jean-Yves Tadié, biographe de Proust, nous éclaire sur ce profil essentiel pour le roman.

L’important dans la vie n’est pas ce qu’on aime, c’est d’aimer.

Les réflexions sur le bonheur d’aimer sont trop rares chez Proust pour ne pas les citer…

Celle-ci nous est livrée par le baron de Charlus dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs , le deuxième tome de La Recherche .

Charlus, qui vient à peine de faire son entrée dans le roman, et qui séduit déjà le narrateur avec cette maxime inspirée de La Bruyère…

Et il y a en effet une certaine élégance dans cette phrase, une « finesse de sentiment » dira le romancier, qui tranche néanmoins avec le caractère orgueilleux, cruel et parfois obscène de cet aristocrate parisien.

Car Charlus est aussi charmeur qu’inquiétant. Son regard hypnotique déstabilise, sa culture littéraire impressionne, mais surtout ses habitudes sexuelles interrogent… C’est d’ailleurs à travers lui que Marcel Proust entame sa réflexion autour de Sodome, et de ceux qu’il nomme les « invertis » - comprenez les homosexuels…

Que nous révèle ce Don Quichotte magnifique qui n'a pas fini de nous surprendre ? Jean-Yves Tadié nous répond.

  • Extrait du téléfilm adapté du roman, À la recherche du temps perdu, réalisé par Nina Companeez, diffusé en 2010, avec la voix de Didier Sandre dans le rôle de Charlus
  • Lecture : extrait de Sodome et Gomorrhe, I, lu par Guillaume Gallienne, coffret CD Editions Thélème

Les éditions Thélème proposent des textes classiques et contemporains en version sonore, en audio book, lus par de grands acteurs. Promouvoir la lecture à voix haute, partager une intimité avec un auteur et faire résonner les mots dans leur dimension vivante et moderne, tout cela est rendu possible par le talents des acteurs.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.