Trouver une langue, se charger de l'humanité des animaux, c'est la charge de Prométhée, de Faust, du Messie et d'Orphée. Il a des projets simples, le petit Arthur ! Nous allons entrer dans la fabrique de la poésie de Rimbaud qui avait un vrai projet, une tactique et une stratégie qu’on peut tenter de cerner.

Détail du manuscrit du Dormeur du val présenté à Charleville-Mézières
Détail du manuscrit du Dormeur du val présenté à Charleville-Mézières © Getty / Franck CRUSIAUX/Gamma-Rapho

1854 Naissance d'Arthur Rimbaud. Début du projet R Pour parler comme dans les romans d'espionnage. 

Qu'est-ce que le projet R ? 

La transformation totale du monde par le pouvoir des mots. 

La grenade Rimbaud s’auto dégoupille dans les travées haussmanniennes d'un XIXe siècle impérial, vaillamment industriel, esthétiquement raffiné et très sûr de lui. 

Victor Hugo, en exil, ne désespère pas du genre humain. Chateaubriand, lui aussi, appelle de ses vœux la perfectibilité de l'homme.

À la même époque, en 1870, Jules Verne envoie le capitaine Némo sous les mers et un obus dans l'œil de la Lune. La science avance. L'industrie gronde. La vapeur siffle. Pasteur découvre le vaccin. Paris s'illumine. Le télégraphe sous-marin connecte le monde. Une bourgeoisie lettrée soutient l'industrie et finance les arts. Des troubles politiques secouent le siècle, mais l'inconscient collectif croit au progrès et à la science. Bref, il y a de l'espoir et de l'éclairage public. 

Et voilà que du front des Ardennes, un petit écolier n'a pas du tout envie d'applaudir ce tableau

Il veut renverser la table et réécrire la totalité de l'aventure humaine, recomposer le monde, réinventer la langue, la nature, l'amour, dérégler les sens, tout reprendre, tout déchirer et tout ravauder.

Rimbaud est un petit campagnard qui se prend pour le Big Bang. Il a 16 ans, il habite Charleville. Le monde n'a qu'à bien se tenir. Et, miracle, il parviendra à ses fins avec les seules armes du langage. Première preuve de son succès, il a créé des poncifs. Pour Baudelaire, c'était la définition du génie. 

Le projet de Rimbaud est faustien. Le diable a donné à Faust la clé de l'univers en échange de son âme. Rimbaud, lui, reçoit de son génie les clés du langage en échange du bonheur qui lui échappera.

Rimbaud aurait pu être inventé par Goethe. N'oublions pas qu'Arthur était parasité par une force extérieure à lui-même. Il écrivit : 

J'assiste à l'éclosion de ma pensée. 

Rimbaud expose le projet de refonte intégrale de la langue 

Dans une lettre envoyée au poète, Paul Demeny, il expose le projet de refonte intégrale de la langue. Je résume : 

On démonte la tour de Babel, on rebâtit le château en une saison. Au passage, il passe en revue des siècles de littérature avec l'arrogance d'un prophète déguisé en sale gosse, et jette d'un revers du coude dans la fosse aux oubliettes des générations de littérateurs, vieux imbéciles et millions de squelettes.

Il ne veut qu'une chose : 

Trouver une langue qui exprime l’inexprimable, qui inspecte l'invisible et entende l'inouï. 

Le poète doit être voyant ou mort

Donc le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l'humanité, des animaux, même. Il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions. 

Si ce qu'il rapporte de là-bas a forme, il donne forme. Si c'est informe, il donne de l’informe. 

Voler le feu. Trouver une langue, se charger de l'humanité des animaux, c'est la charge de Prométhée, de Faust, du Messie et d'Orphée. 

Il a des projets simples, le petit Arthur !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.