L'univers
L'univers © corbis
**L’univers a toujours fasciné Hugo. Il s’est beaucoup interrogé sur ce qu’il pouvait bien y avoir au-dessus de nos têtes et sous nos pieds… De l’immensité du ciel à la profondeur de la mer, il est resté face à l’abîme comme au bord d’un gouffre : terrifié, mais avec la tentation de sauter… « _Qu’y a-t-il donc, là, derrière ?_ », se demande-t-il dans ses _Proses philosophiques_ ?** > _Est-ce nous qui avons fait le monde ? Non. Pourquoi est-il ainsi ? Nous l’ignorons. Il y a des lumières dans cette nuit. Qu’est-ce que ces lumières font là ? Elles disent l’indicible. Elles illuminent l’invisible. Elles éclairent, car elles ressemblent à des flambeaux, elles regardent, car elles ressemblent à des prunelles. Elles sont terribles et charmantes. C’est de la lueur éparse dans l’inconnu. Nous appelons cela les astres. L’ensemble de ces choses est inouï de chimère et écrasant de réalité. Un fou ne le rêverait pas, un génie ne l’imaginerait pas. Tout cela est une unité. C’est l’unité. Et je sens que j’en suis. Comment puis-je me tirer de là ? Que puis-je répondre à ces énormes levers de constellations ? Toute lumière a une bouche, et parle ; et ce qu’elle dit, je le vois. Et le ciel est plein de lumières. Les forces s’accouplent et se fécondent ; (…) Tout cela est absolu. Est-ce que je sais, moi ?_
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.