Maureen O'Hara Le bossu de Notre Dame de 1939
Maureen O'Hara Le bossu de Notre Dame de 1939 © Corbis
**Hugo a passionnément aimé les femmes. Elle sont partout, dans sa vie, dans ses livres, pour la plupart belles et combattantes. Femmes de tête ou femmes bafouées, courtisanes ou princesses, tyranniques ou angéliques : il les admire, les idéalise parfois, et n’hésite jamais à prendre leur défense.** Autour de lui, il a de bons modèles : sa mère, évidemment, Sophie Trébuchet… Séparée de son mari (le général Léopold Hugo), elle éduque seule ses trois enfants, dans l’amour des livres et la haine de l’Eglise. Puis, il y a Adèle Foucher, l’amour de jeunesse, l’épouse aimante et loyale… Hugo lui est infidèle, mais ne peut pas se passer d’elle. Viennent ensuite Juliette Drouet, bien sûr, mais aussi des amies comme George Sand, et tant d’autres « créatures » dont l’écrivain croise la route… Il est sensible à leur charme, leur intelligence, mais plus encore à leur condition. « _Il est douloureux de le dire : dans la civilisation actuelle, il y a une esclave (…) il y a un être, un être sacré, qui nous a formés de sa chair, vivifiés de son sang, nourris de son lait, remplis de son cœur, illuminés de son âme, et cet être souffre, et cet être saigne, pleure, languit, tremble. Ah ! Dévouons-nous, servons-le, défendons-le, secourons-le, protégeons-le ! Baisons les pieds de notre mère ! Avant peu, n’en doutons pas, justice sera rendue et justice sera faite. L’homme à lui seul n’est pas l’homme._ ». Hugo fut l’une des rares voix masculines de son temps à plaider en faveur de l’égalité entre les sexes. Il ne comprend pas comment l’on peut considérer «_la femme bonne pour les responsabilités civiles, commerciales_ (et)_pénales, (…) pour la prison, (…) pour le bagne, pour le cachot, pour l’échafaud_ », et qu’il soit impossible d’admettre sa pleine et entière liberté… Le problème de cette inégalité se pose, selon lui, en termes de «_respect_ ». Parmi les nombreuses « choses vues », il y en a une qui l’a marquée : l’agression rue Taitbout d’une prostituée, battue par un homme, sans raison apparente. Ce soir-là, il intervient, il témoigne même au commissariat et prend le parti de la jeune femme qui devient plus tard le modèle de Fantine, dans _Les Misérables_ . La question de la prostitution sera d’ailleurs l’un des points essentiels de son engagement…
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.