victor hugo et les enfants en 1822 à  Veules les Roses
victor hugo et les enfants en 1822 à Veules les Roses © Wikimedia commons
**C’est dans le roman _Claude Gueux_ que l’on peut lire l’un des plus beau plaidoyer d’Hugo pour l’éducation.** **Ce livre relate une histoire vraie : celle d’un homme qui a volé pour nourrir sa famille et qui se retrouve en prison. Là-bas, il se lie d’amitié avec son co-détenu, qu’on déplace un jour dans une autre cellule… Claude Gueux proteste, et de rage, tue son geôlier et se retrouve condamné à mort.** L’écrivain prend la parole à la toute fin du récit pour critiquer une société – la sienne – qui assassine ceux qu’elle a forgés. **Pour Hugo, si l’homme tue, c’est parce que la société l’y pousse :** > _Messieurs, il se coupe trop de têtes par an en France. Puisque vous êtes en train de faire des économies, faites-en là-dessus. Puisque vous êtes en verve de suppressions, supprimez le bourreau. Avec la solde de vos quatre-vingts bourreaux, vous paierez six-cents maîtres d’école. Songez au gros du peuple. Des écoles pour les enfants, des ateliers pour les hommes. Savez-vous que la France est un des pays de l’Europe où il y a le moins de natifs qui sachent lire ? (…) C’est une honte. Allez dans les bagnes (…) tâtez tous ces crânes (…) de ces pauvres têtes mal conformées, le premier tort est à la nature sans doute, le second à l’éducation._ [[1]](#_ftn1) Aucun homme n’est plus mauvais qu’un autre pour Hugo. En revanche, l’un peut être plus intelligent que l’autre, parce qu’on lui aura donné la chance de développer les forces de son esprit… Le roman est publié en 1834, mais déjà l’on voit poindre le futur engagement républicain d’Hugo. Élu en 1848 à l’Assemblée Constituante (sur la liste des Conservateurs), il va successivement se prononcer contre la peine de mort et contre la misère, creusant à chaque fois davantage la rupture avec son propre camp. Et la réflexion qu’il mène sur l’injustice faite aux plus nécessiteux, trouve un juste prolongement dans la question de l’école, qui fait débat dès 1850. [[1]](#_ftnref1) Claude Gueux p75-76
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.