La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a été arrêtée ce matin par les militaires, qui contestent l’élection législative de novembre dans laquelle ils ont été largement mis en minorité.

Birmanie, à quoi joue la junte militaire ?
Birmanie, à quoi joue la junte militaire ? © AFP / LILLIAN SUWANRUMPHA

Ce matin, jour de l’investiture du nouveau Parlement, élu le 8 novembre dernier, l’armée birmane a arrêté la dirigeante du pays et ex-dissidente Aung San Suu Kyi, dont le parti avait remporté 82% des suffrages aux élections législatives. Les pouvoirs législatifs, administratifs et judiciaires ont été mis entre les mains du général Min Aung Hlaing, l’un des principaux instigateurs de la prise de pouvoir.

Les militaires dénoncent la fraude qui aurait été pratiquée à grande ampleur aux dernières élections. Un état d’urgence a été proclamé pour un an, au terme duquel de nouvelles élections sont annoncées. Il s’agit du quatrième coup d’État dans le pays depuis l’arrivée au pouvoir des militaires en 1962, en dépit de la transition démocratique initiée en 2011.  

Avec nous pour en parler 

David Camroux est chercheur au Centre d’études et de recherches internationales (Ceri) de Sciences-Po Paris et spécialiste de l’Asie-Pacifique. 

Le Bruit du monde est en Inde, où la campagne de vaccination patine

L’Inde est le 2e pays le plus touché par la pandémie, avec plus de 10 millions de cas et 154 000 morts. Depuis deux semaines y a été lancée la plus grande campagne vaccinale du monde contre le COVID-19. L’objectif : vacciner toute la population, soit plus d’1,3 milliard d’habitants.

Une mission titanesque qui pourrait prendre plus de deux ans. Mais certains demeurent hésitants à se faire inoculer et se montrent méfiants envers le vaccin développé en Inde, qui a été autorisé avant la fin des essais cliniques.

Un reportage signé Sébastien Farcis. 

Également au programme de cette émission  

  • Sous les radars, par Amélie Perrier   
  • L’Amérique d’après Trump, par Grégory Philipps

Dans les 12 premiers jours de son mandat, le nouveau président Joe Biden a multiplié les décrets… Au risque d’aller trop vite ?

  • Le monde d'après, l’édito de Jean-Marc Four

Programmation musicale

Liam BAILEY - White light 

Jamie CULLUM - What a difference a day made 

Les invités
L'équipe